L’Université en ses territoires : l’Enseignement Supérieur et la Recherche comme opérateur territorial

par Yoann Morin

Thèse de doctorat en Sciences du territoire

Sous la direction de Bernard Pecqueur.

Le président du jury était Khaled Bouabdallah.

Le jury était composé de Grégoire Feyt, Daniel Filâtre, Yves Jean.

Les rapporteurs étaient Marie-Christine Jaillet, Yves Hanin.


  • Résumé

    Ce travail traite de la territorialisation de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) hors des espaces métropolitains et urbains. La construction de cette thèse repose sur un dialogue théorique et empirique entre deux sphères problématiques : celle relative à la territorialisation de l’ESR et celle relative aux recompositions et crises qui affectent l’action publique locale. Il s’agit, ce faisant, de considérer la territorialisation de l’ESR non plus seulement comme un enjeu ou une variable d’aménagement, mais davantage dans sa participation au développement et à l’action collective sur les territoires. L’auteur suppose ainsi l’existence d’ « opérateurs territoriaux de l’ESR » qui vont chercher à mobiliser les ressources du supérieur dans le cadre des dynamiques collectives locales et de la construction et la valorisation de « ressources territoriales ». Ces « opérateurs » sont considérés comme des « organisations » composites entre « acteurs », « structures », « pratiques » et « démarches » qui vont contribuer à la « stabilisation des interactions » entre territoires et ESR. L’auteur suppose alors que cette stabilisation va contribuer à spécifier les activités d’ESR territorialisées et les rôles qui leur sont affectés. Ce premier niveau d’analyse invite l’auteur à questionner la structuration des relations entre territoires et universités dans une perspective organisationnelle, à la différence de nombreux travaux ayant traité de la synchronisation « cognitive » entre acteurs issus de différentes sphères sociales ou professionnelles. Enfin, ce travail pose la question du rôle des coopérations entre « développeurs territoriaux » et acteurs et activités universitaires. Il analyse alors ces coopérations comme des stratégies d’ « entrepreneuriat institutionnel » permettant à une partie des professionnels des territoires de (se) jouer du flou qui caractérise leur métier et d’en défendre une conception particulière clairement ancrée au sein de l’action collective. En conclusion, l’auteur invite à considérer la territorialisation de l’ESR dans la diversité de ses effets sur les territoires et en sortant d’une vision exclusivement liée à la notion d’excellence.

  • Titre traduit

    University in its territories : Higher Education and Research as territorial operator


  • Résumé

    This work deals with the territorialisation of Higher Education & Research (HER) outside metropolitan and urban areas. The construction of this thesis is based on theoretical and empirical dialogue between two problematic areas: one relating to the territorialisation of HER and the other relating to reshuffles and crises affecting local public action. By doing so, this work proposes to consider territorialisation of HER not only as a planning issue or variable but more in its participation in the development and collective action in the territories. Then, the author assumes the existence of “HER territorial operators” that will seek to mobilize the resources of HER as a part of local collective dynamics and construction and upgrading of “local resources”. These “operators” are considered as « composite organizations » including “actors”, “structures”, “practicals” and “procedures” that will contribute to the “stabilization of interactions” between territories and HER. In turn, this stabilization will contribute to specify territorialized HER’s activities and roles assigned to them. This first level of analysis prompts the author to question relational structuring between territories and universities from an organizational perspective, unlike many studies which have focused on the question of “cognitive synchronization” between actors from different social and professional spheres. Finally, this work questions the role of cooperation between « territorial developers » and actors and academic activities. It reads these cooperations as « institutional entrepreneurship » strategies allowing a part of professionals of territories to play with the vagueness that characterizes their work and to defend a particular conception clearly rooted in the collective action. In conclusion, the author invites to consider the territorialisation of HER in the diversity of its effects on territories and out of a vision exclusively linked to the concept of excellence.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.