Anton van Dale’s De Oraculis (1683-1700) : a critical introduction

par Francesco Maria Pirocchi

Thèse de doctorat en Philosophie et histoire de la philosophie

Sous la direction de Hubert Bost et de Carlo Borghero.

Le président du jury était Claudine Poulouin.

Le jury était composé de Hubert Bost, Carlo Borghero, Claudine Poulouin, Luisa Simonutti, Pina Totaro.

Les rapporteurs étaient Claudine Poulouin, Luisa Simonutti.

  • Titre traduit

    Le De Oraculis ((1683-1700) par Anton van Dale : une introduction critique


  • Résumé

    La thèse soumise à votre attention est une analyse critique du De Oraculis (première édition 1683, deuxième édition avec des différences substantielles 1700) l’ouvrage le plus connu de l’anabaptiste néerlandais Anton van Dale (1638-1708). Ce livre a eu une considérable résonance dans le milieu culturel de son temps, mais il a été très souvent délaissé dans les études – pourtant dans les années récentes un nouvel intérêt pour la pensée de van Dale a émergé. C’est un ouvrage savant et érudit. L’auteur y soutient que les oracles ne sont que des fourberies et des ruses des prêtres pour duper le peuple. Mais l’enquête de van Dale sur les oracles montre des similarités dangereuses entre paganisme et christianisme : on pourrait en fait croire que la même critique des oracles et du paganisme peut être adressée aux prophéties et à la religion chrétienne. Je soutiens qu’au contraire le De Oraculis est en ligne avec la tradition de pensée reformée – en particulier, mais pas seulement, avec l’anabaptisme, et aussi avec les discussions savantes qui, dans la tradition des études humanistes, ont animé la République des Lettres. L’analyse du contexte culturel du De Oraculis et de l’ouvrage lui-même est au cœur de cette thèse. Le résultat final est une contribution originale à la connaissance d’un livre presque oublié et d’une époque qui a été centrale pour le développement de l’identité culturelle européenne.


  • Résumé

    The dissertation submitted to your attention is a critical analysis of De Oraculis (first edition 1683, second edition with major changes 1700), the most famous work by the Dutch Anabaptist Anton van Dale (1638-1708). This book had a remarkable impact on the culture of its time, but has often been overlooked in the studies – although a growing interest for the thought of van Dale has arisen in recent years. It is a scholarly, erudite work; its main contention is that the oracles are shams fabricated by crafty priests to exploit the people. But van Dale’s enquiry into the oracles reveals dangerous similarities between paganism and Christianity: it might even lead to believe that the same criticism of oracles and paganism can be addressed to Christian prophecies and religion as well. I argue instead that De Oraculis is in line with the tradition of thought of the Reformation – especially, but not only, with Anabaptism – and with the learned discussions that animated the Republic of Letters, following the humanist tradition of scholarship. The study of the cultural context of De Oraculis and the detailed examination of the text are the core of this dissertation. Its final outcome is an original and innovative contribution to the knowledge of a (nearly) forgotten book and of a period that has been pivotal in the development of the European cultural identity.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.