Le principat de Galba : étude historique et numismatique

par Dorian Bocciarelli

Thèse de doctorat en Histoire ancienne

Sous la direction de Michel Amandry.

Soutenue le 29-11-2016

à Paris, EPHE , dans le cadre de École doctorale de l'École pratique des hautes études (Paris) , en partenariat avec Anthropologie et histoire des mondes antiques (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Antony Hostein.

Le jury était composé de Michel Amandry, Antony Hostein, Pierre Cosme, Bernhard Woytek, Arnaud Suspène.

Les rapporteurs étaient Pierre Cosme, Bernhard Woytek.


  • Résumé

    Au printemps 68, les provinces occidentales se révoltèrent contre Néron. Elles choisirent pour le remplacer Servius Sulpicius Galba, un sénateur d’une antique noblesse qui avait connu une brillante carrière politique et qui était légat d’Auguste propréteur de l’Hispanie Citérieure au moment de l’insurrection. Galba dut alors organiser la révolte et lever les troupes qui seraient nécessaires à cette entreprise. Proclamé empereur par les prétoriens et le Sénat après le suicide de Néron au mois de juin 68, il quitta sa province et se mit en route vers Rome. Parvenu dans la capitale de l’Empire, le nouveau prince fut confronté à des difficultés de taille : les finances de l’État romain se trouvaient dans une situation très préoccupante à cause des largesses de Néron. Par ailleurs, puisque Galba était le premier empereur qui ne faisait pas partie de la famille julio-claudienne, il dut trouver les moyens d’assurer la légitimité de son élévation au sommet de l’Empire. Les sources littéraires concernant l’année 69 sont nombreuses ; moins bien connue, l’année 68 nous a semblé pouvoir être étudiée grâce au recours aux sources numismatiques, car elles permettent d’appréhender les principales caractéristiques du principat de Galba : financement d’une révolte contre le pouvoir central, paiement de la solde des légionnaires, redressement des finances de l’État et légitimation de la position du nouveau prince. L’étude des monnaies, s’appuyant sur la constitution d’un corpus de quelque 7.300 exemplaires à l’effigie de Galba, permet à la fois de combler les manques des sources littéraires relatives à l’année 68 et de confronter divers types de sources pour améliorer la connaissance de son principat.

  • Titre traduit

    The principate of Galba : a study of his reign and its coinage


  • Résumé

    In the spring of AD 68, the Western Provinces rebelled against Nero. To replace him, they chose Servius Sulpicius Galba, a senator of ancient nobility who had known a brilliant political career, and who – at the time of the insurrection – was legatus Augusti pro praetore of Hispania Citerior. Galba then had to organise the revolt, and raise the troops required for this enterprise. Acclaimed Emperor by the praetorians and the Senate after Nero’s suicide in June 68, he left his province and went to Rome. Once in the Empire’s capital city, the new prince was faced with major difficulties: the State’s finances were in a very worrying shape because of Nero’s largesse. Furthermore, Galba being the first emperor not to belong to the Julio-Claudian family, had to find ways to ensure the legitimacy of his elevation to the throne. Literary sources regarding the year 69 are numerous; the year 68, meanwhile, is less well known, but is possible to study in the light of numismatic sources, as they allow us to apprehend the main characteristics of Galba’s Principate: financing a revolt against the central power, paying the legionaries, rectifying the State’s finances, and legitimising the new prince’s position. The study of coinage, based on the establishment of a corpus of some 7300 specimens with Galba’s effigy, allows us to fill the gaps of literary sources concerning the year 68, and to approach various types of sources in order to improve our knowledge of his Principate.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École pratique des hautes études. Service Commun de la documentation, des bibliothèques et des archives.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.