Jean de la hire : biographie intellectuelle et politique (1878-1956)

par Marie Puren

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Élisabeth Parinet.

Soutenue le 15-02-2016

à Paris, Ecole nationale des chartes en cotutelle avec École nationale des chartes (Paris) et Paris, Ecole nationale des chartes en cotutelle avec Paris, Ecole nationale des chartes et Paris, Ecole nationale des chartes , dans le cadre de École doctorale Histoire moderne et contemporaine (Paris) , en partenariat avec Centre Jean Mabillon / CJM (EA 3624) (laboratoire) .


  • Résumé

    Plus connu sous le pseudonyme de Jean de La Hire, l’écrivain, éditeur et homme politique français Adolphe d’Espie (1878-1956) a aujourd’hui disparu de la plupart des mémoires. Ses œuvres ont pourtant marqué nombre de lecteurs de son époque, comme le jeune Jean Paul-Sartre qui se délectait de ses romans. Son parcours ne peut par ailleurs manquer d’interpeller. Romancier résolument élitiste, le jeune d’Espie fréquente Pierre Louÿs, José-Maria de Heredia, Colette et Willy, et se rêve en nouveau Balzac. Pourtant, c’est dans le roman populaire qu’il se rendra célèbre, et qu’il publiera la majorité de sa très vaste production. Il en couvrira tous les genres : roman sentimental, policier, d’aventures, de cape et d’épée, et de science-fiction. Son itinéraire politique étonne également. Longtemps engagé auprès des républicains-socialistes, il devient maire de Banyuls-sur-Mer sous cette étiquette, et rédacteur en chef d’une revue politique parrainée par Léon Bourgeois et Ferdinand Buisson. D’Espie bascule cependant dès 1940 du côté de la collaboration. Il prend alors la tête des Éditions Ferenczi qu’il aryanise et met au service de la propagande nazie, propagande à laquelle il contribue aussi de sa plume. Ambitieux et opportuniste, d’Espie a choisi en politique comme dans les lettres, les chemins qui menaient le plus vite au succès, au mépris d’idéaux vite oubliés, et d’une postérité qui ne pourra lui pardonner ses errements.

  • Titre traduit

    Jean de la hire : an intellectual and political biography (1878-1956)


  • Résumé

    Mostly known under the pseudonym Jean de La Hire, the French writer, editor and politician Adolphe d’Espie (1878-1956) might not be on many people’s minds nowadays. Yet, his works were very popular in his time, delighting a vast audience including young Jean-Paul Sartre, who names him as one of his favorite authors. And his baffling itinerary raises many questions. Beginning his literary career as a very elitist novelist, young d’Espie befriends figures such as Pierre Louÿs, José-Maria de Heredia, Colette and Willy, and dreams to become the new Balzac. He still ended up owing his fame to popular literature. His prolific production in the field covers many genre: romance novel, crime novel, adventure novels, and even science fiction. The paths he followed in politics puzzle as well. A long standing supporter of the “radical” movement, and elected mayor under this label, d’Espie became editor in chief of a political review sponsored by future Nobel Peace Prize-winning Léon Bourgeois and Ferdinand Buisson. In 1940, d’Espie however sides with the German occupying forces. He takes the helm of a publishing house confiscated to Jewish owners, and writes and publishes propaganda in favor of the Nazis. Ambition and opportunism seem in both cases the reason accounting for these flip-flops – d’Espie always going for the quickest way to success, disregarding both his ideals and a posterity that will not be able to forgive his mistakes.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.