Les Églises autonomes : Évangélisme, chamanisme et mouvement indigène chez les Baniwa de l’Amazonie brésilienne

par Élise Capredon

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Véronique Boyer-Araújo et de Patrícia Birman.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS en cotutelle avec Rio de Janeiro, Universidade do Estado .


  • Résumé

    Cette thèse, qui prend appui sur une enquête ethnographique de près d’un an et demi, porte sur les pratiques religieuses des Baniwa, un groupe de langue arawak de l’Amazonie brésilienne dont les membres ont la particularité d’adhérer majoritairement à l’évangélisme, un mouvement d’origine protestante, depuis le milieu du XXème siècle. Elle explore plus spécifiquement la recomposition de ces pratiques dans un contexte urbain, c’est-à-dire parmi les Baniwa qui se sont établis en ville et dans des villages périurbains. À partir d’une réflexion qui articule quatre grandes thématiques – les conversions amérindiennes, l’expansion des Églises évangéliques au Brésil, le chamanisme et les mouvements politiques indigènes – elle propose d’éclairer une facette méconnue du rapport des indiens d’Amazonie au christianisme. Alors que les conversions des populations autochtones des basses terres de l’Amérique du Sud ont généralement été présentées dans la littérature anthropologique comme des phénomènes éphémères ou instables, les résultats de l’analyse mettent en évidence la pérennité du mouvement évangélique baniwa qui, sous l’influence des mobilisations politiques indigènes, s’émancipe de la tutelle des missionnaires et des pasteurs non-indiens et se consolide à travers la constitution d’un vaste réseau d’Églises indiennes autonomes, tout en donnant lieu à une reconfiguration de la place du chamanisme au sein du groupe.

  • Titre traduit

    The Autonomous Churches : Evangelicalism, Shamanism and Indigenous Movement among the Baniwa of Brazilian Amazonia


  • Résumé

    Based on one and a half year of ethnographic research, this dissertation explores the religious practices of the Baniwa, an Arawak-speaking group of the Brazilian Amazonia whose members have mainly converted to evangelicalism, a Protestant movement, since the mid-20th century. More specifically, I investigate the reorganization of such practices in an urban context, that is among the Baniwa who live in the city and in peri-urban villages. Through a reflection structured around four major themes – Amerindian conversions, growth of evangelical Churches in Brazil, shamanism and indigenous movements – this work sheds light on a little-known aspect of the Amazonian native people’s relation to Christianity. While Amerindian conversions in the Lowlands of South America are generally presented in anthropological literature as an ephemeral or unstable phenomenon, the results of this analysis show the continuity of the Baniwa evangelical movement. Under the influence of indigenous political mobilizations, this movement emancipates itself from the non-native missionaries and pastors and consolidates itself through the constitution of an extensive network of autonomous native Churches, while reconfiguring the place of shamanism in the group.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (672 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.630-655

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.