Entre narrations et expériences : les usages du passé des réfugiés espagnols en France

par Federica Luzi

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Alban Bensa, Daniel Fabre et de François Godicheau.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    L’histoire des réfugiés espagnols de 1939 dans le sud-ouest de la France est, depuis la fin des années 1990, au centre d’un important processus de transmission et de mise en patrimoine. Portée par une multiplicité d’acteurs, dont les associations de descendants, les artistes, les universitaires, les institutions politiques locales et nationales, cette histoire ne cesse d’être représentée, narrée, mise en récit et revécue. Après avoir réfléchi sur l’émergence du passé des réfugiés espagnols en tant que produit historique profondément lié aux politiques du passé françaises, à la fièvre d’histoire qui a caractérisé l’Europe des dernières décennies et à la manière dont en Espagne on parle de l’histoire du conflit des années 1930 et du franquisme, ce travail analyse les pratiques discursives de ces différents acteurs. Chacun d’entre eux construit, dans les différents contextes d’énonciation, des événements fondateurs et élabore des interprétations du passé qui peuvent, à certains moments, s’affronter. Il s’agit donc de questionner ces moments de rupture et les conflits entre les acteurs et d’envisager le passé des réfugiés espagnols comme un enjeu du présent à travers la mise en narration où les acteurs, individuels et collectifs, affirment leurs instances (de subjectivation, politiques, d’appartenance, économiques, etc. . . ). Cette étude questionne également la dimension expérientielle du rapport à ce passé, caractérisant le processus. Cette histoire, au delà de sa dimension narrative et discursive, est revécue et traversée physiquement. Il s’agit donc de regarder les lieux du passé, habités de différentes manières par les acteurs, les corps du présent et des ailleurs temporels, l’art et le travail créatif, comme d’autres vecteurs privilégiés de cette transmission. À travers l’exploration des dimensions narrative et expérientielle du rapport au passé des réfugiés espagnols, ce travail tente de restituer le dynamisme et la complexité d’un processus saisi dans le présent de l’enquête.

  • Titre traduit

    Between narrations and experiences : the uses of the past of Spanish refugees in France


  • Résumé

    Since the end of the 1990s, the history of Spanish refugees who migrated in 1939 to the southwest of France is the centre of an important process of transmission and conservation of heritage. Driven by a multiplicity of actors - including associations of descendants, artists, academics, local and national political institutions - this story continues to be represented, narrated, acted and relived. After reflecting on the past of Spanish refugees as a historical product - deeply linked to the French political past, to the new passion for history that has charcterized Europe over the past few decades and, to the way in which the history of the conflict in the 1930s and francoism is perceived and studied in Spain - this work analyses the discursive practices of each of these actors. Each of them build up originating events - depending on their backgrounds - and develop interpretations of the past that can, at times, clash. So this research is about questioning these breaking moments and conflicts between actors and considering the history of spanish refugees as an issue of the present through the narration where actors - individual and collective - claim their authority (subjective, political, as members, economic, etc. . . ). The study also questions the experimental dimensions of the relationship with this past. This story - beyond its narrative and discursuve dimensions - is physically relived and experienced. So it is necessary to consider the spaces of the past - lived in different ways by the actors - the bodies of the present and of other periods, the arts and creative works as other privileged vectors of this transmission. This work aims to report the dynamism and complexity of a process seized in the present of this investigation, through the exploration of narrative and experiential dimensions of the Spanish refugees' relationship with the past.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (741 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.710-736

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.