Danseuses et divinités : Modalités et enjeux de l'apprentissage de la danse de cour cambodgienne

par Lucie Labbé

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Bénédicte Brac de La Perrière.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    La thèse a pour objet la danse de cour cambodgienne qu’elle aborde non seulement en tant que production sociale mais aussi dans ses aspects esthétiques et techniques. D’origine rituelle et palatine, cette forme de danse également nommée « danse classique khmère » est aujourd’hui enseignée dans un contexte étatique institutionnel. Depuis quelques décennies, elle est aussi enseignée et pratiquée dans les cadres touristique et humanitaire. Des tournées internationales et des associations créées par des Cambodgiens de la diaspora ont également contribué à l’exporter hors du Cambodge. Partant de ces observations, les conditions dans lesquelles le « savoir dansé » est aujourd’hui incarné hors de la cour sont examinées afin de mettre en évidence le rôle actuel de la danse et des danseuses. Il s’est avéré que, dans les différents contextes où elle existe, la danse de cour n’apparaissait pas seulement comme un symbole visible de l’identité cambodgienne. Une efficacité rituelle lui est toujours reconnue dans certains cadres, en particulier celui du ministère de la Culture et des Beaux-Arts. Là, l’apprentissage est particulièrement rigoureux et rythmé par des cérémonies qui actualisent le lien entre les générations passées et présentes de maîtresses et d’élèves. Les danseuses, forgées par la danse à la fois dans leur corps et dans leur esprit, incarnent des modèles de femmes khmères dans un cadre ethnico-national où la royauté demeure un référent social. Certaines revendiquent par ailleurs un nouveau statut d’artiste en développant une expression personnelle dans la continuité mais aussi, pour quelques-unes, dans une forme de rupture avec les référents monarchiques et étatiques.

  • Titre traduit

    Dancers and Gods : Cambodian court dance's forms and issues


  • Résumé

    This thesis looks at Cambodian court dance, not only as a social production but also though its aesthetic and its technical aspects. Originally a feminine ritual practice from the court, this kind of dance also named "Khmer classical dance" is now being taught in astate institutionalised context. Over the past decade, it has also been performed in touristic and humanitarian settings by dance troupes mainly made up of young people from disadvantaged backgrounds. International tours and Cambodian associations of the diaspora also contributed to export court dance outside of Cambodian borders. Based on these observations, the thesis questions the conditions in which danced knowledge is nowadays embodied outside of the court, thus highlighting the present role of both dance and dancers. It turns out that, in the various conexts where it now exists, court dance does not only appear as a visible symbol of Cambodian identity. In some settings, it is still considered as ritually efficient, especially inside the Ministry of Culture and Fine Arts. There, apprenticeship proves to be particularly rigirous and is still regulated by ceremonies aiming to update the existing link between passed generations and current masters and students. Dancers, whose body and spirit are shaoped by dance, incarnate exemplary Khmer women in an ethnonational frame where monarchy remains a social referent. In addition, some dancers are claiming a new status as artist by developing self-expression through dance in continuity or, for a few of them, by breaking up with monarchical and state referents.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (651 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.549-575

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.