"Voix" de femmes comoriennes à Marseille : étude anthropologique de subjectivités dans l’espace migratoire

par Livia Monne

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et ethnologie

Sous la direction de Yannick Jaffré.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse constitue un recueil de récits de vie de femmes ayant entrepris un parcours migratoire depuis l'archipel des Comores vers la France métropolitaine et installées tout particulièrement à Marseille. En partant d'une approche qui considère le statut de sujet des femmes en migration, ce travail analyse la dynamique de leur capacité d'agir et la façon dont les subjectivités se construisent à travers les détails de la vie quotidienne face aux contraintes et aux opportunités de l'expérience migratoire. Cette thèse vut ainsi contribuer à déconstruire les dichotomies massives qui opposent femmes victimes et femmes actrices de l'expérience migratoire, afin de montrer le caractère non essentiel mais dynamique, processuel et dialectique des situations de dépendance et autonomie. L'agir individuel qui se donne à voir dans les réalités ordinaires, observées à petite échelle, est considéré dans une perspective interactionniste comme processus subjectif élaboré au coeur du social. Il est articulé aux déterminismes sociopolitiques de la migration et exploré en tant qu'activité humaine synthétisante qui filtre les influences et transforme l'individu. L'attention est ainsi portée aux jeux d'acteur que ces femmes déploient, à l'acquisition de "socles matériels" nécessaires à la vie quotidienne, aux tactiques et stratégies qu'elles mettent en oeuvre pour s'inscrire légitimement dans le territoire français. Sont ainsi explorées les appartenances et les formes de subjectivités qui se façonnent dans "l'entre-deux" de différents univers de sens.

  • Titre traduit

    "Voices of Comorian women in Marseille : anthropological study of subjectivity in the migratory space


  • Résumé

    This thesis is a collection of women's life stories who migrated from the Comoros archipelago to metropoloitan France and in Marseille particularly. Starting with an approach that focuses on the status of women in migration, this work analyzes the dynamics of their capacity to act and how subjectivities are constructed through the details of their everyday life facing the constraints and opportunities of the migration experience. This thesis wants to contribute to deconstruct the massive dichotomies that oppose female victims and female actresses of the migration experience, to show the non-essential but dynamic, processual and dialectical situations of dependance and autonomy. The individual act which is to be seen in ordinary realities, observed on a small scale, is considered in an interactionist perspective as a subjective process developed in the scoial realm. It is based on migration socio-political determinism abnd explored as synthesizing human activity influences that filters and transforms the individual. The focus is here on the role play that these women are strategically using, on the acquisition of "material bases" necessary for everyday life, on the tactics and strategies they implement to take legitimately place in the French territory. The belonging and the subjectivities forms that are shaped in the "in between" of the two different universes are explored as well.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (328 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p.307-328

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.