Entre art et architecture : la maquette comme objet d'expérimentation au XXe siècle

par Marie-Ange Brayer

Thèse de doctorat en Arts : histoire et théorie

Sous la direction de Eric Michaud.

Le président du jury était Laurent Baridon.

Le jury était composé de Eric Michaud, Laurent Baridon, Mario Carpo, Christian Girard.


  • Résumé

    La maquette d'architecture est envisagée comme un objet d'expérimentation au confluent des pratiques artistiques et architecturales. Trois moments de rupture ont été circonscrits qui, à chaque fois, bouleversèrent la compréhension de la maquette : les avant-gardes historiques ; l'architecture radicale des années 1960-1970 ; l'architecture numérique. Si la maquette est appréhendée jusqu'au XXe siècle dans un rapport analogique à l'architecture, elle s'affirme comme un objet autonome d'expérimentation avec les avant-gardes historiques. L'œuvre se convertit alors en maquette d'architecture, en « construction spatiale » tandis que la maquette d'architecture acquiert un statut d'objet esthétique, interférant avec les autres champs de la création (sculpture, photographie, film, théâtre, etc). L'architecture expérimentale des années 1960-1970 ouvre une brèche utopique dans la notion de projet architectural. On assiste alors à l'effondrement du projet architectural comme langage codifié, qui se dissémine en multiples modes d'expression (performances, objets de design, environnements, etc. ) qui viendront se substituer aux outils projectuels. L'avènement des technologies numériques dans les années 1990 modifiera en profondeur le rôle de la maquette d'architecture qui se convertit au sein de l'espace digital en matrice numérique, code, image, prototype, objet générique. Comme dans les avant-gardes historiques et l'architecture radicale, la maquette est à nouveau un dispositif articulant différents plans de perception, dans une dimension physique et cognitive, où s'échangent les régimes de l'image et de l'objet, dans une « mutabilité » des langages et des échelles.

  • Titre traduit

    Between Art and Architecture : the architectural Model as an object of expérimentation in the 20th Century


  • Résumé

    The architectural model is envisaged as an object of experimentation, at the crossroads of artistic and architectural practices. Three moments of epistemological rupture have been identified, each of which has in turn shattered the understanding of the model: The historical avant-gardes; The radical architecture of the 1960s-1970s in Europe; Digital architecture. Although up to the beginning of the 20th century the model was grasped in its analogical relation to architecture, the practices of the historical avant-garde movements led to its being increasingly seen as an object of experimentation. The avant-gardes transformed the work into a model, into a "spatial construction" while the architectural model acquired the status of aesthetic object, interfering with the other fields of creation (sculpture, photography, film, theater, etc. ). The experimental architecture of the 1960s-1970s opened a utopian breach in the concept of the architectural project. This resulted in the collapse of the architectural project as the production of a codified language which was now disseminated though multiple modes of expression (performances, design objects, environments, etc. ), and which gradually began to replace the tools for planning. The advent of digital technologies in the 1990s profoundly transformed the role of the architectural model, which within digital space became a digital matrix, code, image, prototype, generic object. As with the historical avant-gardes and radical architecture, the model has once again become a device for joining different planes of perception, in a physical and cognitive dimension, where the rules governing the image and the object are interchangeable, in a "mutability" of languages and scales.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (376, 389,174 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.305-343. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-136
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.