Das Problem des Zuviel in der Literatur : Rabelais, "Gargantua et Pantagruel", Montaigne "Les Essais"

par Tobias Haberkorn

Thèse de doctorat en Sciences du littéraire

Sous la direction de Remigius Bunia et de Jean-Marie Schaeffer.

Le président du jury était William Marx.

Le jury était composé de Remigius Bunia, Jean-Marie Schaeffer, William Marx, Thomas Hunkeler, Barbara Ventorala, A. Elena Vogman.

  • Titre traduit

    = Le @problème du trop en littérature : Rabelais, « Gargantua et Pantagruel », Montaigne, « Les essais »


  • Résumé

    Lire et écrire sont des activités sélectives. Tout énoncé pourrait être formulé autrement, toute compréhension est contingente ; il y aurait toujours plus de textes à lire et plus de significations à relever dans un texte identique. Si le caractère contingent et illimité du langage ne nous apparaît que rarement comme tel, cela tient au fait que des contextes et conventions restreignent l'usage de la langue. Dans la communication littéraire, ces restrictions sont faibles. La présente étude suppose que dans certaines œuvres littéraires, le « trop » se manifeste d'une façon particulièrement ostentatoire. En amont de toute analyse, sans que nous sachions déjà de quoi exactement il s'agit, il apparaît que l'auteur s'est confronté à un excès, que le texte produit un surcroit irréductible de discours et de signification, que la démesure en est un thème. Il convient alors d'élaborer des concepts et des méthodes permettant de problématiser ce phénomène diffus qu'est le « trop ». À partir d'une lecture du Gargantua et Pantagruel de Rabelais et des Essais de Montaigne, j'examinerai les manières dont les instances personnalisables du processus littéraire - auteur, lecteurs, narrateur, personnages - composen avec l'excès inhérent au langage et à ces deux textes en particulier. S'il est vrai que le langage comporte toujours un trop, cela veut dire aussi que tout acte d'écriture et de lecture en est un traitement. L'étude des textes littéraires dans leur contexte historique révèle des stratégies en vue du trop qui sont applicables aux problématiques contemporaines liées au traitement de grands ensembles de textes, de données, d'informations et de connaissances.


  • Résumé

    Writing and reading are selective activities. One could always choose a different phrase to express oneself, or understand the other in a different way; one could always write more text, read more text or read more into a text; there is no end to the virtual meaning and proliferation of words. The reason we're rarely aware of the contingency and limitlessness of language is that contexts and conventions restrain its use. In the case of literary communication - a process that spans from the writing of a text to each of its subjective readings - these restrictions tend to be weak. The premise of my study is that some literary texts manifest a <too much> in a particularly ostentatious way. As readers, we do not know yet what precisely it is, but it is apparent to us that the author has dealt with an excess, that the text produces irreducible semantic or discursive surplus, that <too much) is more or less explicitly its topic. Extending from an analysis of Rabelais'^ Gargantua and PantagrueX and Montaigne's Les Essais, I will examine how each personified instance in the literary process - author and reader, narrator and character - comes to terms with the excessiveness inherent to language in general and to these texts and their historical setting in particular. If there is a structural excess in language, then each act of writing and reading always already processes a too much. My two case studies reveal that the study of literary texts within their historical context offers insights into the problem of managing big and complex amounts of text, data, information and knowledge that we're being confronted with in the present moment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (266, 50 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.254-263. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-125
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.