De l'animateur au créateur, du profane au sacré : socio-histoire du théâtre public français 1945-1990

par Marjorie Glas

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Gérard Noiriel.

Le président du jury était Bernard Lahire.

Le jury était composé de Gérard Noiriel, Bernard Lahire, Vincent Dubois, Pascale Laborier, Pascale Gœtschel, Serge Proust.

Les rapporteurs étaient Vincent Dubois, Pascale Laborier.


  • Résumé

    L'intervention étatique en matière théâtrale est fondée historiquement sur le rôle social que joue après-guerre un théâtre dit « populaire ». Dans un contexte de transformations esthétiques et d'institutionnalisation croissante, la fonction sociale du théâtre sera objectivée dans la catégorie d'un théâtre public différencié de son homologue marchand. A travers l'analyse de la trajectoire des signataires de la déclaration de Villeurbanne en 1968, réputée avoir instauré le pouvoir aux créateurs au sein du champ théâtral, cette thèse interroge le rôle social du théâtre dans une perspective socio-historique. Les modalités de l'engagement du champ théâtral auprès du monde social sont analysées à travers différentes pratiques et discours révélateurs du rapport entretenu au monde social : la relation aux publics, les prises de position des artistes dans le débat public comme la constitution d'un répertoire spécifique sont autant d'éléments significatifs. Corrélée au processus plus général de professionnalisation qui traverse le champ, l'analyse de l'évolution de ces pratiques met en exergue la progressive transformation de la fonction sociale du théâtre entre 1945 et la période la plus récente. Celle-ci est notamment visible à travers la constitution de deux figures centrales du champ théâtral, le metteur en scène et le programmateur, au détriment de l'animateur culturel. Le recentrement des activités sur les problématiques artistiques contribue à une distinction croissante des activités d'innovation esthétique et de mise en rapport de l'oeuvre avec le public. Le caractère politique du théâtre est progressivement réinvesti dans la perspective d'un art intrinsèquement émancipateur.


  • Résumé

    State intervention in theatrical matters is historically based on the social role played by the "popular theatre" after the second world war. In a context of aesthetic transformations and growing institutionalization, the social function of theatre is objectified in the category of a "public theatre" which is differentiated from the merchant one. Through the analysis of the trajectory of the signers of the Declaration of Villeurbanne in 1968, deemed to have introduced the power to creators in the theatrical field, this thesis questions the social role of theater in a socio-historical perspective. The terms of the engagement with the theatrical field in the social world are analyzed through differnte practices revealing the relation of theatre with the society: the widening of the audience and the coming of new viewers, the constitution of a specific directory, and artists' positions in the public debate are all significant. Correlated to the process of professionalization and institutionalization which crosses the field, the analysis of the evolution of these practices emphasizes the progressive demonetization of the social function of the theater between 1945 and the most recent period. This is especially visible through the establishment of two central figures in the theatrical field, the director and the "programmateur", to the detriment of the cultural leader (the "animateur"). The refocusing of activities on artistic issues contributes to a growing distinction between aesthetic innovation and activities devoted to the relation with the audience. This opposition is objectified by the authorities and contributes to a disqualification of the audience in the process of consecration. The political issue, which originally founded the public theater category, is gradually reinvested in the perspective of an intrinsically emancipatory art.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (640 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.547-573. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.