« Aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles » : du quartier de sûreté de l'asile de Villejuif à la première Unité pour malades difficiles française, 1910-1960

par Véronique Fau-Vincenti

Thèse de doctorat en Histoire (option : histoire des sciences )

Sous la direction de Marc Renneville.


  • Résumé

    Un « quartier de sûreté, réservé aux aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles », a ouvert au sein de l'asile de Villejuif le 3 mars 1910. Plus de 2500 hommes y ont été internés entre 1910 et 1960. Regroupés sous le qualificatif d'aliénés difficiles, l'internement de ces hommes éclaire quant à l'évolution de l'appréhension médico-judiciaire d'individus délinquants ou criminels reconnus aliénés. D'aucuns de ces médecins-chefs qualifiaient ainsi la section de première réalisation en France d'une idée grandiose, soit l'alliance de la criminologie et de la médecine. L'étude des cas des internés à la section éclaire quant à la porosité entre ces deux domaines appliqués à des patients qui ont protesté contre leur internement alors que d'autres l'avaient souhaité afin de ne pas être condamnés à la relégation et que certains, à la rue, n'ont pu réussir à éviter. Délinquants multirécidivistes, criminels alcooliques, simulateurs de troubles mentaux, Collaborateurs, fils de bonne famille, mais aussi désaffiliés, se sont ainsi côtoyés en ce lieu à la fois établissement de défense sociale à la française, infirmerie pénitentiaire et survivance de l'Hôpital général. L'histoire de la 3e section de l'asile de Villejuif, surnommé le « le bagne des fous » dans la presse puis baptisé section Henri-Colin en l'honneur de son concepteur permet de dévoiler un pan de l'histoire de la prise en charge psychiatrique entre 1910 et 1960 dans un espace où le mandat sécuritaire a rivalisé avec la mission hospitalière. L'occasion enfin de se demander si la 3e section de l'asile de Villejuif peut être considérée comme l'ancêtre ou comme l'ainée des Unités pour malades difficiles actuelles.


  • Résumé

    A "maximum security ward" for the criminally insane, the vicious insane, those who are difficult to tame and the asylum regulars, opened within the Villejuif institution on March 3rd, 1910. Over 2,500 men were locked-up there between 1910 and 1960. Brought together under the euphemism "difficult patients", these men were often sectioned after dismissed cases. This shows the evolution of the medical and judicial apprehension of delinquents and criminals, who were then deemed insane. Some of those surgeon-generals considered this new section in France to be a brilliant idea, with the combination of criminology and medecine. The case studies within the section show us how intertwined the two realms were, when it came to patients who protested against their sectioning. Meanwhile others had committed themselves in order to avoid being condemned to relegation whilst others still, who were living in the streets, could not escape it. Habitual offenders, alcoholic criminals, people faking mental disorders, Collaborators, well-bred young men, lived side by side in this hospital which was a social protection establishment a la frangaise, a prison medical centre and a way for the general hospital to survive. The story of the "3rd section" of the Villejuif mental institution, nicknamed "the mad men's prison", then renamed "the Henri-Colin section" in honor of its founder, enables us to unveil part of the history of psychiatric sectioning between 1910 and 1960, in a place where security was as important as care. It is also an opportunity for us to ask ourselves whether the 3rd Section at the Villejuif hospital was the ancestor rather than the elder sibling of today's facilities for difficult patients.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (901 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.697-743. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-120
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.