Ironie et argumentation : l'exemple de la campagne présidentielle de 2012

par Saori Nishiwaki

Thèse de doctorat en Sciences du langage (option : linguistique)

Sous la direction de Marion Carel.

Le président du jury était Corinne Rossari.

Le jury était composé de Marion Carel, Corinne Rossari, Kida Kohei, Alfredo Lescano, Tomonori Okubo.

Les rapporteurs étaient Corinne Rossari, Kida Kohei.


  • Résumé

    Notre travail doctoral a pour but de proposer une analyse argumentative de l'ironie au cours de la campagne présidentielle de 2012, dans le cadre de la sémantique argumentative, et plus précisément de la Théorie des Blocs Sémantiques (TBS). Après une étude des difficultés de l'approche énonciative de l'ironie, dominante depuis les années 70 dans la linguistique française, nous avons été amenée à chercher la parenté entre divers types d'ironie au niveau non pas de l'énonciation mais du contenu qui est, selon nous, de nature argumentative. À l'issue de l'analyse d'une centaine d'exemples, nous avons pu décrire linguistiquement les bizarreries existant dans le contenu de l'ironie, et regrouper ces exemples sous la notion de décalage entre l'aspect et l'enchaînement. Nous espérons avoir ainsi remis en question l'approche énonciative de l'ironie, et commencé à substituer à cette approche une approche argumentative, qui permet d'expliquer non seulement l'ironie typique mais aussi l'ironie atypique.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (253 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.241-246. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-111
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.