Le rôle des anticipations sur le comportement des épargnants

par Kévin Tracol

Thèse de doctorat en Analyse et Politique économiques

Sous la direction de Luc Arrondel.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) .


  • Résumé

    Cette thèse étudie la formation des anticipations et leur influence sur la consommation et les choix de portefeuille des épargnants français. Tout d'abord, nous étudions l'effet de richesse, c'est-à-dire l'effet des variations d'actifs financiers et immobiliers sur la consommation des ménages. Pendant la crise de 2008-2009 qui a affecté la richesse et les anticipations, les ménages qui avaient subi des pertes sur leur richesse immobilière ou financière étaient d'avantage susceptibles de réduire leur consommation. Ensuite, nous abordons l'hétérogénéité des anticipations concernant le rendement des actions. Précisément, nous montrons que l'expérience personnelle joue un rôle primordial dans la formation des anticipations. En effet, ceux qui ont subi un gain sur leurs actifs financiers par le passé anticipent un rendement boursier plus élevé. Toutefois, les résultats soulignent aussi l'importance de la connaissance financière dans la formation des anticipations. Enfin, nous examinons dans quelle mesure l'hétérogénéité des anticipations peut expliquer les différences de choix de portefeuille. Dans ce contexte, nous montrons que les individus qui anticipent un rendement boursier plus élevé détiennent une part d'actions plus importante dans leur patrimoine. Néanmoins, l'effet du risque anticipé n'est pas significatif, contrairement aux prédictions de la théorie standard des choix de portefeuille. Enfin, l'imprécision des réponses, que nous interprétons comme un indicateur de la confiance du répondant dans ses propres anticipations, est négativement corrélée avec la part d'actions dans le patrimoine.

  • Titre traduit

    The Role of Expectations in Household Saving Behaviour


  • Résumé

    This thesis analyses the formation of expectations and their impact on the consumption and portfolio choice of French households. First, we assess the wealth effect, which is the impact of variations of financial and housing assets on household consumption. During the crisis of 2008-2009 which affected the wealth anc expectations, the households who suffered from losses on their financial and housing wealth were more inclined to reduce their consumption. Then, we assess the heterogeneity of expectations regarding stock returns. More specifically, w* show that the personal experience plays a significant role on expectation formation. Indeed, the households who benefitted from gains on their financial assets in the past expect a higher stock return. However, the results also emphasize the Importance of financial knowledge in the formation of expectations. Finally, we analyse to which extent the heterogeneity of expectations might explain the differences in portfolio choices. In this context, we show that the agents who expect a higher stock return hold a higher share of stocks in their wealth. Nevertheless, the effect of expected risk is not significant, contrary to the predictions of standard portfolio choice theory. The inaccuracy of answers, which we interpret as an indication of the confidence of the respondents regarding their own expectations, is negatively correlated to the share of stocks in the wealth.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (185 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.171-185. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-93
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.