In Search of an Arab Renaissance : artists, Patrons and Power in Egypt and the Middle East (2001-2013)

par Catherine Cornet

Thèse de doctorat en Philosophie et sciences sociales

Sous la direction de Alessandro Ferrara et de Olivier Roy.

  • Titre traduit

    A la recherche d'une renaissance Arabe : artistes, mécènes et pouvoir en Egypte et au Moyen-Orient (2001-2013)


  • Résumé

    Le paradigme de la Nahda, ou Renaissance arabe est un puissant zeitgeist qui revient cycliquement dans la pensée et le monde culturel du Moyen-Orient depuis la fin du 19eme siècle. Cette thèse questionne les raisons du retour du paradigme dans les années 2000 (et en particulier entre 2001 et 2005) en Egypte et dans les Emirats (Doha et Sharjah) en observant les rapports de force entre différentes sphères artistiques et les structures de mécénat. Elle interroge la raison d'être de cette quête pour une Renaissance culturelle, les enjeux liées au mécénat, l'exploitation politique du culturel et en particulier les questions d'authenticité, de culture nationale et globale, musulmane ou séculière, d'indépendance et enfin, de liberté artistique. L'étude du paradigme passe à travers la comparaison des discours et des oeuvres des 'artistes d'états' soutenus par le pouvoir de Moubarak, des artistes commerciaux, qui derrière Adel Imam, sont les fers de lance du pouvoir séculier contre les islamistes égyptiens; et des artistes arabes et internationaux qui à Doha ou Sharjah gravitent autour du riche mécénat des Emirats. En opposition à l'état, plusieurs sphères sont étudiées: celle des artistes 'indépendants' mais soutenus par les fondations privées ainsi que la sphère des artistes musulmans qui proposent un fan al hadif, ou 'art modeste'. La sphère des artistes digitaux enfin, autonomes par rapport aux réseaux de mécénat, permet de confirmer l'existence d'une réelle Renaissance culturelle digitale soutenue par l'explosion des réseaux sociaux, une décennie avant les révolutions arabes. En questionnant la position des artistes vis à vis de leurs mécènes et par rapport au pouvoir, cette thèse souligne l'importance du discours culturel et artistique pour la sphère publique et ses répercussions sur les enjeux de citoyenneté.


  • Résumé

    The Nahda, or "Arab Renaissance" is a powerful returning paradigm in Egypt and the Middle East cultural field since the end of the 19th century. The aim of this dissertation is to assess, through the study of the new paradigm, the autonomy of the arts in Egypt and the Middle East and their relation to power and to interrogate the role of art in identity definition and in the "dialogue" with Islam after 9/11 - and especially after foreign actors have greatly re-shuffled the power relationship. The first case study focuses on "state artists" in Egypt and studies the passage from the Tahtqif, or "culturisation" of Egyptians in the name of Enlightenment and the gradually undermining of state monopoly over identity politics. The second chapter is dedicated to Arab artists and their Gulf patrons: the agency of the "invisible hand" of the global artistic market is discussed, through two case studies in Doha and Sharjah. The third chapter assesses the state narrative against Islamists in Egypt through the figure of comedy actor Adel Imam. The second part is dedicated to the artists in opposition to the state. Chapter I reviews the agency of the artistic sphere in total opposition with the state, with the study of a group of young Muslim filmmakers who intented to contribute to a fann al hadif or "purposeful art". The two following chapters review the works of the "independent scene" that saw the light after the arrival arrival en masse of foreign funding in 2001, while the last case studies centred on Digital artists venture into giving the first hints of a conclusion about a Digital Renaissance that took place after after 2004, and of the adoption of social networks in Egypt. The importance of the arts in the political discourse, its agency in the process of secularization, nationalist debates or international relations in the time of globalisation, is barely mentioned in political science. This dissertation is intended to corroborate the claim that there is much to learn from the art spectrum and from its agency on societal changes and power struggles.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (275 f., 59 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.244-275. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-91
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.