Les concepts singuliers : des fragments aux fichiers mentaux

par Michael Murez

Thèse de doctorat en Philosophie et sciences sociales

Sous la direction de François Récanati.

Le président du jury était Jérôme Dokic.

Le jury était composé de François Récanati, Jérôme Dokic, Imogen Dickie, John Perry, Brent Strickland.


  • Résumé

    Dans ma thèse, je propose une théorie des concepts singuliers, ceux qui nous servent à penser aux individus. M'inspirant du travail d'autres philosophes, j'identifie les concepts singuliers à des « fichiers mentaux ». Cependant, la façon dont je développe cette idée va à l'encontre de l'opinion reçue en philosophie de l'esprit contemporaine, selon laquelle toutes les propriétés importantes des fichiers mentaux peuvent être découvertes a priori. J'objecte qu'une telle approche rend impossible une explication adéquate de la distinction entre pensées singulières et pensées descriptives. Je propose donc une autre approche des fichiers mentaux, conçus comme formant une « espèce naturelle psychologique », ce qui leur fournit un ancrage empirique et accroît leur pouvoir explicatif. Je fais ainsi appel à la notion de « fichier objet », issue à l'origine des sciences de la vision. Une telle approche doit faire face à une objection majeure, le problème de la « portée cognitive ». Etant des percepts d'objets, plutôt que des concepts d'individus, les fichiers objets à eux seuls ne peuvent rendre compte des états représentationnels singuliers de haut niveau. J'apporte une double réponse à cette objection. D'une part, je développe un nouveau modèle de la perception singulière, le modèle des « fichiers triés », selon lequel la perception trie automatiquement les entités par domaines fondamentaux. D'autre part, je montre qu'il existe un certain nombre de liens importants entre les représentations singulières pré-conceptuelles et les concepts singuliers à part entière.


  • Résumé

    In this thesis, I develop an account of singular concepts, those we use to think directly about particular individuals. Building on the work of other philosophers, I identify singular concepts with mental files. Yet the way I flesh out this proposal significantly departs from philosophical tradition. According to the received philosophical view, any representations that satisfies a certain a priori task analysis counts as a file. I object that this renders the notion useless in distinguishing between genuinely singular thoughts and merely descriptive ones, and that it precludes files from playing any substantive explanatory role. I put forward an alternative conception of files as a cognitive natural kind, firmly rooted in empirical research. I propose that we think of singular concepts/mental files as representations suitably related to object files — a type of representation initially posited by vision scientists, that has since received independent support from other areas of cognitive science. Being singular percepts of objects, rather than concepts of individuals, object files alone cannot explain the full range of singular thought, however. To address this challenge, I outline a novel 'sorted files' model of core cognition, as composed of multiple subsystems of domain-specific representations of individuals, and explore paths leading from preconceptual singular representations to full-blown singular concepts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (446 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.412-446. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-86
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.