L'aide apportée aux persécutés juifs sous le national-socialisme de 1941 à 1945

par Susanne Beer

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Michael Werner et de Harald Welzer.

Le président du jury était Patrice Veit.

Le jury était composé de Michael Werner, Harald Welzer, Patrice Veit, Claire Andrieu, Matthias Bauer, Peter Heering.


  • Résumé

    Cette thèse de doctorat est consacrée aux personnes qui ont aidé des juifs à échapper aux déportations et les ont ainsi sauvés d'une mort certaine dans un ghetto, un camp de travail ou d'extermination. Selon des estimations, sur le territoire du « Altreich » - c'est-à-dire de l'Allemagne des frontières de 1937 - plusieurs dizaines de milliers de personnes ont œuvré activement pour permettre à des persécutés juifs de survivre dans la clandestinité. Depuis les années 1960, des études scientifiques s'interrogent sur les causes de ce comportement hors du commun. Bon nombre de travaux ont focalisé leur attention sur le courage et les traits de caractère spécifiques de personnes qui ont porté secours aux Juifs. Le contexte social de l'aide a toutefois souvent été négligé. La présente étude inverse la perspective et centre son analyse sur les conditions sociales qui ont favorisé le comportement de certaines personnes plutôt que sur les caractéristiques de celles-ci. Pour ce faire, cette étude s'appuie sur l'instrument de la prosopographie. À partir des biographies d'une cinquantaine de personnes qui sont venues en aide à des juifs, elle analyse les relations sociales, les expériences antérieures et les habitudes qui ont contribué de manière déterminante à générer ces actes d'aide. Cette étude donne par ailleurs un aperçu des formes et de l'ampleur de l'aide apportée, examine les travaux de recherche existants sur le sujet et présente l'évolution de la mémoire publique relative aux « Justes allemands » de la fin des années 1940 à nos jours.


  • Résumé

    The focus of this Ph. D. Thesis is on individuals who supported Jews in their flight from deportation, thus helping save them from certain death in ghettos, labor camps, and death camps. Estimates point to several tens of thousands of people facilitating the survival in illegal circumstances of persecuted Jews within the ares of the "Old Reich," which is to say Germany within its 1937 boundaries. Starting in the 1960s, historians have inquired into the sources of this unusual behavior, frequently emphasizing the courage and specific personalities of different helpers while refraining from analyzing the social context of their efforts. The present work inverts this perspective: instead of centering my attention on the personality features displayed by individuals, I closely consider the circumstances at the base of their action. To this end, the thesis is methodologically grounded in the instrument of the collective biography. Using roughly fifty biographies of these helpers, I examine the ways their social relations, preliminary experiences, and everyday habits contributed in an essential way to the aid they offered. In addition, I offer an overview of the extent and forms of assistance offered, evaluate the existent research literature on the topic, and discuss the shift in public memory concerning the theme of "quiet heroes" from the late 1940s until the present.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (415 p., 52 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.371-415. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-80
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.