L'autre exil : trajectoires migratoires et stratégies d'insertion de la Grande Emigration polonaise de 1831 dans I'Ouest de la France

par Valentin Guillaume

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nancy L. Green.

Le président du jury était Philippe Rygiel.

Le jury était composé de Nancy L. Green, Philippe Rygiel, Sylvie Aprile, Delphine Diaz, Janine Ponty.

Les rapporteurs étaient Delphine Diaz.


  • Résumé

    Les réfugiés oubliés de la Grande Emigration polonaise ont suivi la même route que leurs illustres compagnons d'exil lorsqu'il a fallu fuir en France après la défaite de l'insurrection de 1830 contre la domination de l'Empire russe. Pourtant, ils n'ont pas trouvé dans ce pays d'accueil la même place, ni le même écho qu'Adam Mickiewicz ou Frédéric Chopin. Ils n'y ont pas joué le même rôle, ni investi les mêmes lieux et de fait, bien que largement majoritaire, ils n'ont pas encore intégré l'histoire de ce prestigieux exil polonais. Loin de Paris, la « seconde capitale polonaise » au XIXe siècle, la France que ces réfugiés oubliés connurent ne fut pas une terre de combat politique, elle fut avant tout une terre de vie et de survie, d'intégration ou de misère. Cette étude s'attache à étudier les trajectoires oubliées de ces réfugiés, témoins du passage d'un engagement armé en Pologne à des préoccupations économiques au quotidien en France, du passage de l'espoir d'un retour collectif et glorieux à la construction individuelle d'une vie et d'un avenir en France. Accueillis avec enthousiasme par la population française en 1831, confrontés au premier véritable cadre législatif français à l'endroit des réfugiés, poussés à s'insérer économiquement par les gouvernements français, ces Polonais épousèrent également en nombre des Françaises et laissèrent de multiples traces insoupçonnées de leurs misères ou de leurs succès professionnels au service de la France. Ainsi, le devenir de ces réfugiés dans la société française ne complexifie pas seulement l'image de la Grande Emigration polonaise, ne pousse pas seulement à reconsidérer les contours de l'exil, il interroge également la condition de réfugié dans la France du XIXe siècle.


  • Résumé

    The forgotten refugees of the Great Emigration have followed the same way as their illustrious exile companions when they fled to France after the 1830 insurrection defeat against the Russian Empire. However, in that host country, they did not find the same place and the same echo as Adam Mickiewicz or Frederic Chopin. They did not play the same role, did not inhabit the same places, and, although they were in majority, they still have not dealt with this prestigious polish exile story. Far from Paris, the "second polish capital city" in the 19th century, those forgotten refugees did not get to know France (especially the west of France, according to that study) as a land of polical struggle, but rather as a land of life and survival, where they experienced integration or poverty. That study endeavours to analyse the forgotten paths taken by these refugees, who lived a change from fights in Poland to daily economic worries in France, from hope for a glorious and collective return, to the personal construction of their life and future in France. Welcomed with enthusiasm by French people in 1831, confronted with the first French legislation regarding the refugees in 1832, pushed by French governments to integrate themselves economically, these Polish men married many French women and left a multitude of unexpected marks of their poverty or their professional success in France. The future of these refugees in French society, which is the subject of this study, does not only make the image of the Great Emigration more complex, it does not only encourage to reconsider the definition of exile, it also leads us into a reflexion on the refugee social status in France in the 19th century.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (412 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.390-402. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-62
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.