La philosophie politique et I'histoire : Léo Strauss et Raymond Aron face au problème de l'historicisme

par Sophie Marcotte Chénard

Thèse de doctorat en Philosophie et sciences sociales

Sous la direction de Pierre Manent.

Le président du jury était Philippe Raynaud.

Le jury était composé de Pierre Manent, Philippe Raynaud, Daniel Tanguay, Marc Buhot de Launay, Vincent Descombes.

Les rapporteurs étaient Daniel Tanguay.


  • Résumé

    Dans cette thèse, nous examinons les enjeux épistémologiques, philosophiques et politique du concept d'historicisme à partir d'une étude des œuvres du philosophe politique allemand émigré aux États-Unis Léo Strauss, et du penseur politique, philosophe et sociologue français Raymond Aron. Que signifie, pour l'un et pour l'autre, la «crise de l'historicisme » (1870-1930) et quels sont ses effets sur la conception des fondements et des tâches de la philosophie politique ? Nous entendons parcourir le champ ouvert par cette interrogation à partir d'une étude comparative des interprétations de l'historicisme développées par les deux auteurs. En établissant un dialogue entre les philosophies politiques de Strauss et d'Aron et en comparant leur traitement respectif des mêmes thèmes - la naissance de l'École historique allemande et l'émergence de l'épistémologie de la connaissance historique, la crise de l'historicisme et le problème du relativisme historique, la relation entre historicisme et interprétation, la pensée de Max Weber et la question des jugements de valeur, le statut de l'histoire politique chez Thucydide, -, nous procédons à une évaluation des arguments avancés par l'un et l'autre pour répondre aux défis théoriques et pratiques posés par l'historicisme. Ce faisant, nous tentons d'éclairer la façon dont les deux auteurs redéfinissent l'exercice de la rationalité et conçoivent la tension entre l'universalité des normes morales et politiques et la singularité de l'expérience historique.


  • Résumé

    This doctoral dissertation addresses the general problem of the relationship between contemporary political philosophy and history. It does so through a study of the philosophical epistemological and political dimensions of the crisis of historicism (1870-1930) in German thought. Through a comparative analysis of the interpretations of historicism and historical relativism in the work of political philosophers Leo Strauss and Raymond Aron, I seek to assess the theoretical and practical challenges raised by the crisis of historicism. In continuing the dialogue between the two authors on common themes - the development of the German historical school, the problem of historical relativism, Max Weber's epistemology and the problem of value judgment, the lessons of Thucydides' political history - I seek to uncover the conceptions of reason in Strauss's and Aran's thought and to assess their philosophical positions towards the tension between universal moral and political norms and the singularity of historical experience.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (609 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.584-606. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-55
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.