Vers une éthique de tournage endogène : enquête sur trois documentaristes autochtones taïwanais

par Skaya Siku

Thèse de doctorat en Arts : histoire et théorie

Sous la direction de Jean-Paul Colleyn et de Tai-Li Hu.


  • Résumé

    À partir des années soixante-dix, c'est à travers la pratique des médias audiovisuels que les activistes autochtones des Amériques, de l'Afrique et de l'Australie participent de la vague du mouvement global de la décolonisation. En 1978, la conférence internationale d'anthropologie de Wenner-Gren souligne l'amorce d'une réflexion théorique menée à propos de l'anthropologie « native ». Dès lors, les médias et les documentaires produits par les peuples autochtones émergent progressivement au sein des études en anthropologie visuelle. En 1996, encouragés par l'avancement de la caméra légère, les autochtones taïwanais ont commencé à lutter pour la défense des droits des autochtones, travaillant ainsi à leur propre «mise en image». Inscrite dans le cadre de l'anthropologie visuelle autochtone, cette thèse propose une analyse réflexive basée sur les démarches et investigations de Mayaw Biho, Pilin Yapu, et Si Yabosokanen, trois importants documentaristes autochtones taïwanais. Forts des production et diffusion de leurs documentaires, ils contribuent tous trois à promouvoir la révélation d'une identité collective en lien avec la réinvention de la tradition. A travers la réflexion de ces trois réalisateurs, celle de la chercheuse autochtone que je suis, cette thèse réexamine les questions éthiques soulevées dans le domaine de l'anthropologie visuelle. La découverte des enjeux de l'autoreprésentation permettra d'ouvrir un regard nouveau sur le concept de « l'anthropologie partagée » envisagé en lien avec sa méthodologie. Un partage que nous nous proposons de réexaminer à travers une réflexion approfondie en regard d'une éthique de tournage, dite « endogène ».


  • Résumé

    Since 1970s, indigenous activists in Americas, Africa and Australia have been involved jn the wave of global decolonization movement through the practice of audiovisual medias. In 1978, during the International Conference of Anthropology, Wenner-Gren Symposia highlighted the beginning of a theoretical reflection conducting "indigenous anthropology". Therefore, the medias and documentaries produced by indigenous peoples have been gradually emerging within visual anthropology studies. In the eighties, indigenous peoples in the United States, Canada and Australia have managed to develop their own media network. In 1996, encouraged by the introduction of portable video cameras, indigenous Taiwanese have begun to fight for indigenous rights and worked on their own "images". Through the study of indigenous visual anthropology, this thesis proposes an analysis based on reflexive approaches and investigations with regard to three major Taiwanese indigenous filmmakers - Mayaw Biho, Pilin Yapu and Si Yabosokanen, who successfully propel the revelation of a collective identity and the reinvention of tradition via documentary productions and their public plays. Through the reflection of these three directors and an indigenous researcher who I am, this thesis reviews the ethical inquiries in the field of visual anthropology. Its discovery opens up a phase of "shared anthropology", which proposes to review within a thorough reflection on ethics in documentary filmmaking, especially from an "endogenous" perspective.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (272 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.251-272. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2016-43
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.