Le marché français de la téléphonie mobile face à l'entrée du 4e opérateur, Free

par Sarah Bonanet

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Louis de Mesnard et de Ludovic Julien.

Soutenue le 01-06-2016

à Dijon , dans le cadre de Ecole doctorale Langages, Idées, Sociétés, Institutions, Territoires (Dijon ; 2007-2016) , en partenariat avec Centre de Recherche en Gestion des Organisations / CReGO (laboratoire) .

Le jury était composé de Louis de Mesnard, Ludovic Julien, Laurent Benzoni.

Les rapporteurs étaient Gérard Pogorel, Laurent Benzoni.


  • Résumé

    En fin 2009, les autorités de la concurrence ont accordé une 4ème licence de téléphonie mobile à Free, opérateur français déjà présent dans le fixe et l'internet. Le nouvel opérateur ne disposant pas d'un réseau mobile complet, il a obtenu l'autorisation de signer un contrat d'itinérance avec l'opérateur historique Orange, permettant aux abonnés de Free d'avoir accès au réseau dans les zones non encore couvertes. Vu sa dépendance à Orange, Free peut être considéré comme un opérateur mobile virtuel. Nous utilisons un paramètre qui décrit le niveau d'indépendance de Free et peut prendre trois valeurs possibles. D'abord Free est un opérateur totalement dépendant d'Orange. Ensuite, une partie du trafic de Free passe par son propre réseau. Enfin, Free est un opérateur autonome comme Orange, SFR et Bouygues Telecom. A partir d'une analyse de statique comparative, nous étudions les conséquences de l'octroi de cette licence sous une concurrence à la Cournot. Lorsque Free est un opérateur totalement dépendant d'Orange avec un tarif faible d'accès au réseau d'Orange, son entrée entraîne une baisse du prix, des profits de certains opérateurs titulaires et une hausse du surplus du consommateur. Cependant l'ampleur de la baisse est plus importante quand Free devient plus indépendant. La concurrence à la Stackelberg permet de mieux constater la baisse de prix après l'entrée de Free. Ainsi, l'objectif de cette thèse est de souligner l'importance de la prise en compte du contrat d'itinérance pour analyser les effets de l'entrée de Free. Free a eu des impacts négatifs sur ses concurrents notamment Bouygues Telecom. Pour se maintenir dans le secteur, il existe trois possibilités de fusion. Les fusions avec Free ou SFR-Numéricable se font avec réduction de coûts, tandis que celle avec Orange est sans synergie. L'analyse de ces fusions montre qu'elles sont à la fois rentables et socialement bénéfiques. Ainsi dans cette thèse, nous montrons que toute fusion ne générant aucune synergie, n'est pas forcément anticoncurrentielle. Cependant un dilemme se pose pour Bouygues Telecom, car la fusion acceptée par les autorités de régulation n'est pas celle qui lui procure le profit le plus élevé.

  • Titre traduit

    The France’s mobile phone market faced with the entry of the 4th operator, Free


  • Résumé

    At the end of 2009, the competition authorities have granted a 4th mobile license to Free, French operator already present in the fixed telephony and the Internet. The new operator not having a good coverage, he obtained permission to sign a roaming agreement with the incumbent operator Orange, enabling Free subscribers access to the network in areas not yet covered. Given its dependence on Orange, Free can be seen as a virtual mobile operator. We use a parameter that describes the level of independence of Free and can take three possible values. At first Free is an operator totally dependent on Orange. Then, a part of the traffic of Free passes by its own network. Finally, Free is an independant operator like Orange, SFR and Bouygues Telecom. From a comparative static analysis, we study the consequences of the granting of this license under Cournot competition. When Free is an operator totally dependent on Orange, with a low rate of access to the Orange network, its entry leads to a reduction of price and profits of some incumbent operators with an increase in consumer surplus. However the magnitude of the reduction is greater when Free becomes more independent. Stackelberg competition allows to notice better the price reduction after the entry of Free. Thus, the objective of this thesis is to highlight the importance of the inclusion of the roaming contract to analyze the effects of the entry of Free. Free had negative impacts on his competitors, in particular Bouygues Telecom. To remain in the sector, there are three possibilities of merger. The mergers with Free or SFR-Numericable are made with reduction of costs, whereas that with Orange is without synergy. The analysis of these mergers show that they are at the same time profitable and socially beneficial. Thus in this thesis, we show that any merger creates no synergy, is not necessarily anti-competitive. However a dilemma arises for Bouygues Telecom, because the merger accepted by the authorities of regulation is not the one that gives him the highest profit.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Le marché français de la téléphonie mobile face à l'entrée du 4e opérateur, Free


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources électroniques en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Le marché français de la téléphonie mobile face à l'entrée du 4e opérateur, Free
  • Détails : 1 vol. (297 p.)
  • Annexes : Bibliogaphie p. 283-297
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.