L’usage privilégié de la représentation chiffrée comme facteur de déresponsabilisation du manager

par Nathalie Subtil-Geeraerts

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Eric Fimbel.

Le président du jury était Yvon Pesqueux.

Le jury était composé de Eric Fimbel, Pascale de Rozario.

Les rapporteurs étaient Philippe Lorino, Dominique Phanuel.


  • Résumé

    Nos travaux visent à mettre en tension d'une part l'usage privilégié, voire excessif, qui est fait des représentations chiffrées dans les organisations, et d'autre part une forme de déresponsabilisation constatée des managers, dans le cadre d'un contexte de crise, consécutif à un certain nombre de scandales financiers. Ce lien n'est pas documenté dans la littérature, mais chacun des termes de notre problématique l'est. Nous avons défini le concept de responsabilité à partir de la définition de Ricœur, le manager, comme étant un individu, dont les décisions orientent les organisations, et la représentation chiffrée, comme étant tout chiffre, tableau ou assemblage de chiffres quel qu'il soit, à partir du concept de représentation de Fourez. Par usage privilégié, nous entendons un usage prioritaire sans qu'il y ait questionnement quant à sa construction. Notre recherche théorique nous a permis en effet de souligner le fait que les managers sont peu enclins à interroger les chiffres qu'ils utilisent massivement, et que leur formation ne les y encourage guère. Notre revue de la littérature nous a également amenée à envisager cinq variables explicatives du lien étudié, déclinées en sous-éclairages, qui nous ont permis de construire notre dispositif empirique.Sur le terrain, nous nous sommes orientée vers la collecte de données primaires dans le cadre d'une démarche exploratoire. Le recueil des données s'est effectué auprès de managers aux profils variés, ayant une expérience professionnelle minimale, par le biais d'entretiens semi-directifs, visant à encourager le récit. Le matériau recueilli est constitué d'opinions, de narrations, de situations vécues, d'anecdotes… Nous avons choisi pour l'analyser, une méthode d'analyse qualitative de discours, en essayant toutefois de multiplier les clés d'entrée, avec notamment une analyse de contenu, grâce à l'outil NVivo. Ceci nous a permis de coder nos trente entretiens, par déduction à partir des éclairages issus de notre recherche théorique, mais aussi et surtout, par induction, en faisant émerger du matériau, de nouveaux éclairages sur le lien étudié.Nos résultats empiriques confirment ce que nous avions induit de nos lectures mais ils révèlent également quatre éclairages ou variables complémentaires. Nous avons pu en outre clarifier et parfois redéfinir chacun des éclairages retenus, mettre en évidence des pratiques et des représentations intériorisées corroborant notre thèse, mais aussi observer quelques signes d'évolution et de distance au chiffre, ainsi qu'un réel intérêt du monde des pratiques pour notre questionnement, nous permettant de souligner la pertinence et le bien fondé de notre problématique et de notre projet de recherche.

  • Titre traduit

    The favoured use of figures as a factor of a diminishing sense of responsability in managers


  • Résumé

    This work contrasts the favoured and sometimes excessive use of figures in organisations with the diminishing sense of responsibility observed in managers in the crisis context following on from the different financial scandals that have occurred in recent years. The literature does not document this link, but it does document each of the terms included in my research problem. I base my definition of the concept of responsibility on that of Ricœur. I define the manager as a person whose decisions orient the organisation, and, based on Fourez' concept of representation, I define figures as any figure, table or grouping of figures. I define favoured use as use that is given priority, whose construction is not questioned. My theoretical research revealed that managers are ill-inclined to question the figures that they use extensively, and that their training hardly encourages them to do so. From my literature review, I identified five variables to explain the link being studied, which I divide into sub-variables; I used these variables to construct my empirical research.In my exploratory fieldwork, I collected primary data from a range of managers with different levels of experience, using semi-structured interviews to encourage narratives. The material I collected is made up of opinions, accounts of personal experiences, anecdotes and so on. I then performed a qualitative discourse analysis, trying to identify as many key topics as possible using, among other tools, NVivo software to perform a content analysis. I used this analysis to code the thirty interviews, by deduction from the insights gained from my theoretical research, but also, and above all, by induction, gaining new insights from the material I had collected into the link under study.My empirical results confirm what I had induced from my review of the literature, but they also reveal four additional insights or variables. They also enabled me to redefine or clarify each of these insights, and to highlight practices and internalised representations that confirm my thesis. They also reveal some signs of change: practitioners showed great interest in my questions, some are beginning to question the predominance of figures, and even the figures themselves. These facts highlight the relevance and solid basis of my research problem.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Conservatoire national des arts et métiers (Paris). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.