Poétique du roman féminin : Écrivaines mauriciennes francophones, Nathacha Appanah, Ananda Devi, Shenaz Patel

par Cécile Vallee Jest

Thèse de doctorat en Littérature française et comparée - Cergy

Sous la direction de Christiane Chaulet-Achour.

Soutenue le 20-05-2016

à Cergy-Pontoise , dans le cadre de École doctorale de droit et sciences humaines (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) , en partenariat avec AGORA (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) (laboratoire) .

Le président du jury était Michel Naumann.

Le jury était composé de Christiane Chaulet-Achour.

Les rapporteurs étaient Mounira Chatti, Ian H. Magedera.


  • Résumé

    Les trois auteures du corpus de notre thèse sont très souvent regroupées par la critique et leur œuvre romanesque envisagée sous l'angle de leur origine – ce sont trois femmes indo-mauriciennes – et de leur prédilection pour la représentation de la femme noire subalterne. Si les axes de recherche de cette thèse – qui embrasse l’ensemble de leurs trois productions romanesques – reprennent cette question essentielle du statut de la femme opprimée dans un contexte patriarcal – lui-même ancré dans la communauté indo-mauricienne insulaire – toutefois, ces outils incontournables et éclairants ont été inscrits dans une analyse plus systématique de la poétique de leurs romans afin qu'ils ne soient pas définis par des catégories externes au projet d’écriture et donc restrictives mais appréciés sur le plan esthétique, mettant en analyse leurs qualités littéraires plus que « l’originalité » de leur origine et de leur « francophonie ».Les termes du sujet, qui sont souvent traités avec une certaine condescendance – le genre romanesque est toujours suspect, d'autant plus s'il est écrit par une femme et qu'il est contemporain et périphérique –, doivent permettre de montrer la richesse et l'originalité de chacune des auteures. Comment racontent-elles ? Comment définir leur style ? Que font-elles de leur héritage littéraire ? Quel rapport au réel ? Comment s’inscrivent-elles dans le double champ littéraire de leur origine et de leur langue d’écriture : le champ littéraire mauricien et le champ littéraire français et francophone ? Ces axes de recherche ont été explorés en menant parallèlement le travail de mise en contextes et l'analyse des romans des trois écrivaines, liant analyse socio-historique et analyse interne des textes, plus strictement littéraire.Le corpus est d’abord inscrit dans l’Histoire de Maurice qui est celle de la grande majorité des romans : il permet de comprendre le choix de la langue d'écriture ainsi que la présence du plurilinguisme dans les œuvres. Il explique aussi l'essor et la position centrale de la culture française qui ont permis la création d'un véritable champ littéraire mauricien, principalement francophone, auquel appartiennent nos trois auteures.L'insularité est également un élément essentiel aussi bien dans la problématique des personnages féminins que dans celle de la représentation littéraire de l'île. Ces écrivaines doivent en effet se positionner vis-à-vis de sa représentation exotique, la détropicalisation sur laquelle on a beaucoup insisté n'est pas leur seule réponse. Cet axe d'analyse nord/sud est enrichi par un axe sud/sud, par l’appréciation des rapports de Maurice et de l'Inde car la communauté indo-mauricienne a marqué en partie le paysage mauricien. Nos auteures s'opposent à cet ancrage dans une tradition importée, imposée qui crée une île dans l'île.Ce refus du communautarisme va de pair avec la défense d'une hybridité qui est portée par les voix féminines. Elle s'ancre à la fois dans la relation entre les personnages mis en scène et dans la poétique des romans par le mélange des genres, des voix et une riche intertextualité. La place du féminin dans notre corpus ne se résume donc pas à la représentation de la femme de couleur opprimée des Suds. Elle interroge de façon plus complexe la société mauricienne et au-delà le monde postcolonial auquel nord et sud appartiennent.

  • Titre traduit

    Poetics of the feminine novel : Mauritian French speaking women writers, Nathacha Appanah, Ananda Devi, Shenaz Patel


  • Résumé

    The three writers of our thesis corpus are very often associated by the critics, and their fiction writing considered from the point of view of their origin – the three women are Indo-Mauritian – and of their predilection for representing the subordinate black woman. Indeed the research areas of this thesis – that embraces the whole of the three works of fiction – tackle the essential matter of the status of the oppressed woman in a patriarcal context, itself anchored into the insular Indo-Mauritian community. However these inescapable enlightening tools fit in a more systematic analysis of the poetics in their novels in order for these tools not to be defined by categories both external to the writing project and restrictive, but appreciated on an aesthetic level that would analyse their literary qualities more than the originality of their origin and their « French language character ». The words of the subject, which is sometimes looked down upon, – the genre of the novel always being suspicious, all the more if written by contemporary women from overseas –, should reveal the wealth and originality of each of our women writers. What is their story-telling like ? How could we define their style ? How do they deal with their literary legacy ? What of their link with reality ? How do they fit in the double literary field of their origin and their writing language : the Mauritian field on the one hand, the French on the other ? These research directions have been explored by carrying out both the contextualization and the analysis of the novels of the three writers, linking socio-historical and internal, more strictly literary, analysis of the texts. First of all, the corpus lies within the framework of the History of Mauritius, being the framework of the great majority of the novels. It enables to understand the choice of the written language as well as the presence of multilingualism in the works. It explains the development and the central position of French culture that allowed the creation of a Mauritian literary field, mainly in French, to which our three writers belong. Insularity is also an essential element as regards the problematic of the feminine characters as well as the literary representation of the island. Indeed these writers must position themselves vis-a-vis its exotic representation, and the detropicalization which has been insisted upon is not their only answer.This analytical north/south axis is enriched by a south/south axis, through the appreciation of the relationship between Mauritius and India since the Indo-Mauritian community has partly influenced the Mauritian landscape. Our writers oppose this rooting in an imported, compulsory tradition, which creates an island within the island. This refusal of communitarianism goes hand in hand with the defense of hybridity carried by the feminine voices. It lies both within the relationship between the characters and the poetic of the novels through the mix of genres, the voices, and a rich intertextuality. Thus the place of the feminine in our corpus does not amount to the representation of the oppressed southern colored woman. It questions in a more complex way the Mauritian society and further, the post-colonial world to which north and south belong.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Cergy-Pontoise. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.