Study of transfer reactions induced by a 16C beam

par Xesús Pereira López

Thèse de doctorat en Physique

Sous la direction de Nigel Orr et de Beatriz Fernández-Domínguez.

  • Titre traduit

    Étude des réactions de transfert induites par un faisceau de 16C


  • Résumé

    A disparition du nombre magique N=20 et l'apparition des nouveaux nombres magiques N=14 et 16 ont été observées dans les isotopes d'oxygène riches en neutrons. L'objectif de ce travail est d'étudier la présence éventuelle de ces nouveaux nombres magiques dans les isotopes de carbone riches en neutrons en localisant les orbitales de neutron 0d5/2 1s1/2 et 0d3/2 dans le 17C à l'aide de la réaction de transfert 16C(d,p)17C. Dans notre expérience réalisée au GANIL, les états du 17C ont été peuplés par la réaction de transfert 16C(d,p)17C induite en bombardant une cible de CD2 avec un faisceau de 16C d'énergie 17. 2 AMeV produit par le spectromètre LISE3. Le détecteur à pistes silicium TIARA a été utilisé pour détecter les particules légères, tandis qu'un télescope Si-Si-CsI a été placé à 0 degré pour identifier les fragments lourds. Quatre détecteurs germanium hyper pur EXOGAM ont été utilisés pour détecter les photons γ émis par les états liés du 17C. Les distributions angulaires confirment les spins et parités 3/2+, 1/2+ et 5/2+ pour l'état fondamental et les premier et deuxième états excités observés à des énergies d'excitation de 217 et 335 keV respectivement. Les facteurs spectroscopiques déduits pour ces états excités indiquent un caractère de particule indépendante marqué, en accord avec les calculs du modèle en couches. En revanche, le facteur spectroscopique significatif pour l'état fondamental semble révéler une composante 0d3/2 nettement sous estimée par le modèle en couches. Du fait de sa faible énergie de séparation et de sa configuration l=0 dominante, le premier état excité du 17C apparaît comme un très bon candidat de halo d'un neutron.     


  • Résumé

    Recent experiments have evidenced the existence of new nuclear shell gaps at N=14 and N=16 in neutron-rich oxygen isotopes associated with the vanishing of the N=20 shell gap. However, in the neutron-rich carbon isotopes, the extent to which these gaps persist is unclear. In an effort to answer this question we have attempted to probe the low-lying level structure of 17C using the (d,p) transfer reaction to locate the single-particle orbitals involved in the formation of the N=14 and N=16 shell gaps. The experiment was carried out at the GANIL facility. A 16C beam at 17. 2 AMeV produced by fragmentation was used to bombard a CD2 target. The light ejectiles were detected using the TIARA silicon strip array while a Si-Si-CsI telescope was placed at zero degrees to identify beam-like residues. In addition, four HPGe-EXOGAM clover detectors were used to measure the gamma-rays arising from 17C bound excited states. The measured angular distributions confirm the spin and parity assignments of 3/2+, 1/2+ and 5/2+

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (XIV-142 f.)
  • Annexes : Bibliogr. 89 ref. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Rosalind Franklin (Sciences-STAPS).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TCAS-2016-65
  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque Rosalind Franklin (Sciences-STAPS).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TCAS-2016-65bis
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.