Protection, spécialisation et croissance économique pendant la première mondialisation en France et en Suisse (1850-1913)

par Léo Charles

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Bertrand Blancheton et de Stéphane Becuwe.

Soutenue le 07-11-2016

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale Entreprise, économie, société (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Groupe de recherche en économie théorique et appliquée (Pessac, Gironde) (équipe de recherche) et de GRETHA- Groupe de recherche en économie théorique appliquée (laboratoire) .

Le président du jury était Claude Diebolt.

Le jury était composé de Claude Diebolt, Guillaume Daudin, Michael Huberman, Antoine Bouët.

Les rapporteurs étaient Guillaume Daudin, Michael Huberman.


  • Résumé

    À la suite des travaux de Paul Bairoch, cette thèse étudie le lien entre protectionnisme etcroissance économique pendant la première mondialisation (1850-1913) en France et enSuisse. En particulier, nous nous intéressons à un chainon manquant dans l’explication de lacorrélation positive entre droits de douane et croissance, celui de la relation entre la politiquecommerciale et la spécialisation des nations. Dans cette thèse, nous considérons la politiquecommerciale comme un phénomène construit, temporel, s’inscrivant dans une structureinstitutionnelle particulière. Par conséquent, les deux premiers chapitres présentent le contextethéorique, historique et politique dans lequel s’inscrit la politique commerciale des économiesau 19e siècle. Par la suite, nous présentons deux bases de données sur le commerce extérieurde la France et de la Suisse. Ces bases originales nous permettent de mener une étudeempirique sur la spécialisation à l’exportation de ces deux économies ainsi que sur la relationentre protectionnisme et exportations, en nous basant sur un nouveau test empirique de laprotection des industries dans l’enfance. Cette thèse montre alors que la France met en placeun protectionnisme traditionnel qui, sous l’influence des groupes de pression, vise à maintenirles spécialisations traditionnelles de l’économie. Au contraire, la Suisse met en place unprotectionnisme innovant, qui vise l’émergence de nouvelles spécialisations favorisant ainsi laréussite économique de la nation.

  • Titre traduit

    Protectionism, specialization and economic growth during the first globalization : the cases of France and Switzerland (1850-1913)


  • Résumé

    Following the « tariffs-growth » paradox, this thesis studies the link between protectionismand economic growth in France and Switzerland during the first globalization (1850-1913).We particularly look at the relationship between commercial policy and specialization, whichconstitutes a missing link explaining the positive correlation between tariffs and economicgrowth. This thesis considers the commercial policy as a constructed, time-relatedphenomenon taking place in a specific institutional structure. As a consequence, the two firstchapters introduce the theoretical, historical and political context in which the commercialpolicy is produced during the 19th century. Then, we present two original databases on Frenchand Swiss external trade. These databases provide opportunities to study export specializationand the relationship between protectionism and export flows based on a new empirical test ofthe infant industry argument. We show that France implements a traditional protectionismunder the influence of lobbies that aims to maintain traditional specializations. On the otherhand, Switzerland implements an innovative protectionism to develop new specializationsthat favours economic growth.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.