Julien Gracq, texte et sexe : lecture d'une aporie érotique

par Christelle Defaye

Thèse de doctorat en Littératures française, francophones et comparée

Sous la direction de Eric Benoit.

Le président du jury était Patrick Marot.

Le jury était composé de Eric Benoit, Anne-Yvonne Julien, Philippe Baudorre.

Les rapporteurs étaient Patrick Marot, Anne-Yvonne Julien.


  • Résumé

    Lire une fiction gracquienne s’apparente à l’expérience du ravissement amoureux. Etre lecteur de Gracq, c’est accepter d’être ravi, capturé et enchanté tout à la fois. La dépossession herméneutique à laquelle le texte gracquien nous convie relève de l’expérience érotique. Présent comme thème, mais secondaire, mince, intermittent, l’érotisme semble exister dans le profil perdu du texte. Son cadre posé et aussitôt évidé de sa substance fait disparaître la scène sexuelle sous les yeux du lecteur-voyeur, dont l’attente est déjouée. La fiction organise l’escamotage du sexe, relançant sans cesse le désir à l’échelle du récit et de la lecture. L’imaginaire érotique, stéréotypé et obsessionnel, consacre sa présence-absence à la croisée de trois impossibles : le sexe, la femme, la mort. L’érotisme gracquien est donc bien un vide autour duquel tourne le lecteur et que cerne l’écriture. Aporétique, la voie de l’érotisme ? Ce n’est pas qu’elle ne mène à rien chez Gracq, c’est que le lecteur est invité à progresser dans cette aporie, à y digresser. L’érotisme est toujours déplacé, enfoui dans le palimpseste du paysage. Du dé-cor(ps) au corps à corps avec les mots, c’est l’usage de la langue qui est érotisé chez Gracq : il ne représente pas le sexe ; il le figure dans le texte, jusqu’à la jouissance et sous les yeux du lecteur, cet Autre. Dans l’œuvre de Julien Gracq, l’enjeu libidinal de la littérarité est de taille : l’érotique gracquienne transfigure la chair en chaire : du sexe au texte, l’auteur adopte une posture de séduction ; le texte fait écran entre lui et l’Autre qu’est le lecteur. Le sexe est devenu texte, limen, frontière, entre-deux irréductible, il est devenu l’hymen, espace de touche entre soi et l’autre ; la rencontre, pourtant représentée comme impossible, peut alors s’opérer.

  • Titre traduit

    Julien Gracq, sex and text : Interpreting an erotic aporia


  • Résumé

    Reading a fiction by Gracq feels similar to lovers’ delight. To become a Gracq reader, you must accept to be delighted, captured and enchanted all at once. The hermeneutic dispossession experienced through Gracq’s fiction is clearly erotic. No matter how secondary, thin and sporadic, the theme of eroticism may be, it seems to be running throughout the lost profile of the text. All set up and cleared of its substance, the sexual scene disappears from the eyes of the reader-voyeur whose expectation is frustrated. Fiction manages to cover up sex by setting desire within the plot and the reading. The presence-absence of erotic fantasy, as stereotyped and obsessive as it may be, is best consecrated at the crossroads of three impossible matters: sex, women and death. Eroticism by Gracq turns out to be a void around which the reader is waltzing and that the writing manages to grasp. Is the path of eroticism aporetic? It is not that this path is a dead end but rather that the reader is invited to advance and digress in this aporia. Eroticism is always moved, buried within the palimpsest of the landscape. With his successive unmoulding and moulding of words, it becomes clear that language is eroticised with Gracq. He doesn’t picture sex, he features it in his text until it pleases him –all this in the other, that is to say the reader’s eyes. In Julien Gracq’s work, the libidinal issue of literarity is at stake: Gracq’s eroticism transfigures flesh into a pulpit. From sex to text, the author takes on a posture of seduction. The text forms a screen between him and the Other, that is to say the reader. Sex has become text, limen, a border, an essential in-between. It has become the hymen, a touching space between one and the other. The meeting, though often portrayed as impossible, can then happen.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.