Figures de l'horreur et de l'aliénation dans les oeuvres de Stephen King : représentation de l'Amérique de la fin du vingtième siècle

par Nadia Naili

Thèse de doctorat en Littérature anglaise

Sous la direction de Marie-Noëlle Zeender.

Le président du jury était Christian Gutleben.

Le jury était composé de Marie-Noëlle Zeender, Christian Gutleben, Gilles Menegaldo, Nicole Ollier.

Les rapporteurs étaient Gilles Menegaldo, Nicole Ollier.


  • Résumé

    Notre thèse peut être résumée en une phrase qui apparaît dans le roman de Stephen King The Shining : « Cet endroit inhumain transforme les humains en monstres ». En effet, les romans de Stephen King montrent une vision pessimiste et sinistre de la société américaine contemporaine et une identité éclatée de l’individu. À travers une analyse des figures de l’horreur, telles que les doubles, les monstres et les zombies, nous avons exposé les forces conflictuelles intérieures et extérieures inhérentes à l’individu. Ces forces, qui conditionnent ce dernier, conduisent à l’effacement de son identité et le forcent à adopter une nouvelle identité superficielle qui à son tour mène à son anéantissement et à sa destruction. Ainsi, notre étude a permis de démontrer que l’auteur utilise le fantastique, surtout à travers les figures de l’horreur, pour refléter la condition de l’être humain dans sa société dans les années soixante-dix et quatre-vingt. Il dépeint une société qui réifie l’individu en le privant de son libre arbitre et en le soumettant à des normes préétablies. À travers notre démarche méthodologique à la fois thématique et structuraliste, nous avons pu explorer la construction de l’identité personnelle et sociale, analyser tout ce qui affecte son développement, et finalement découvrir ce qui mène à son éclatement. La quête et la construction identitaire sont donc centrales à notre étude, car elles nous donnent une image de la relation de l’individu américain avec lui-même et avec son milieu social. Et c’est à travers le rôle des figures de l’horreur et de la figure de la mort que notre étude prend forme.

  • Titre traduit

    Figures of horror and alienation in Stephen King’s works : representation of America in the late twentieth century


  • Résumé

    Our dissertation can be summarized in one sentence that is recurrent in Stephen King’s The Shining: “This inhuman place makes human monsters.” Indeed, Stephen King’s novels reflect the reality of the American individual and American society at its worst: a fragmented identity and a grim image of society. The study of the figures of horror, such as the double, monsters and zombies, show the conflicting forces inherent in the individual. Those forces lead to the obliteration of identity, to the adoption of a new shallow one, and finally to the annihilation and downfall of the individual. In our study, we show that the use of the fantastic, as portrayed mainly through the horrific figures, reflects the condition of the American individual in his society in the 70s and the 80s – it is a society that objectifies the individual by depraving him of freedom and subjecting him to pre-determined standards. By submitting the novels to thematic and structuralist approaches, we analyze the shaping of the individual and collective identity, the influences on its development and the causes of its bursting. The question of identity is central to our study as it is a way to explore the relation of the individual to himself and to his environment. We have endeavoured to show that by using the figures of horror and death.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.