Les technologies smartphone comme outils d’aide à l’alerte face aux crues rapides en France : Expérimentations dans le Vaucluse et le Var

par Sekedoua Jules Athanase Kouadio

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Loïc Grasland et de Johnny Douvinet.

Le président du jury était Freddy Vinet.

Le jury était composé de Freddy Vinet, Céline Barrère-Lutoff, Florence Sèdes, Gilles Arnaud-Fassetta, Jérôme Gensel, Eric Leroi.

Les rapporteurs étaient Céline Barrère-Lutoff, Florence Sèdes.


  • Résumé

    En cas d’alerte aux inondations, l'information en temps réel et sa diffusion à un large public sont des éléments cruciaux pour limiter les comportements à risque, détecter les premiers dégâts ou préparer les acteurs locaux à gérer la crise. Face à ces enjeux, les technologies smartphones apparaissent, deplus en plus, comme des solutions logicielles et matérielles qui pourraient compléter de façon positiveles dispositifs d’alerte institutionnels, notamment grâce à la dynamique des contenus partagés et auxnombreuses interactions dont ils sont le support. Alors que plusieurs pays (États-Unis, Norvège, Pays-Bas, Suède, Philippines) utilisent déjà de tels outils, et même si le Ministère de l'Intérieur a lancé uneapplication urgentiste (SAIP) le 8 juin 2016, la population et les services de l’État semblent beaucoupplus réticents en France. La défense de la propriété individuelle, le manque de crédit attribué auxmessages postés et les verrous technologiques sont les principaux facteurs de blocage avancés. Aprèsavoir mené une enquête dans plusieurs communes rurales des départements du Var et du Vaucluse(qui confirme la méconnaissance des applications déjà existantes alors que les besoins sont bien réelsface aux crues rapides), une nouvelle application a été développée (Al’in). Le prototype créé vise àréduire les écarts entre une approche étatique descendante (top-down), qui positionne et impose l’Étatcomme le seul lanceur d’alerte, et une initiative citoyenne (approche « Bottom-Up »), qui érigel’individu au rang de « citoyen capteur », à la fois capable de remonter ou de diffuser une alerte àtravers l’usage de son smartphone. Répondre à ce défi ne s’avère toutefois pas si simple au regard descontraintes juridiques et techniques préexistantes en France.

  • Titre traduit

    Use of Smartphone to help alert in case of flash floods : Experimentation accross mobile persons in the department of Vaucluse and Var (Southern France)


  • Résumé

    The information given on flash floods in real time should undoubtedly answers to the citizens needs aswell as to the politic and the safety services. Face to such objective, Smartphone could positivelycomplete the official institutional systems, especially thanks to the dynamic and nature of postedmessages, and to the social interactions they support. This study questions the opportunity ofdeveloping a proactive and innovative alert system using the Smartphone technologies to face therisks due to flash flood hazards. A first study focuses on several alert systems existing actually inFrance but we quickly aim at identifying limits (legal rules, technologies and scientific problems) andchallenges usefulness and opportunities in the numeric sphere) of our objective in general manner.Finally, a local study in Var and Vaucluse permits us to see if population and local stakeholdersshould be interested (or not) by a smartphone application. The proposed solution tries to achieve amajor challenge: reducing the gap between a state approach (top-down), which positions and imposedthe state as the main official alert source, and the citizen action (bottom-up) which establishes theindividual as “Citizen sensor” (both in go up or disseminate information) through the use of issmartphone. Meeting this challenge is indispensable if we hope effectively minimizing material andhuman damages especially when high temporal acuity phenomena such as flash floods happen.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.