Un monde à habiter : imaginaire de la crise environnementale dans les fictions de l'Anthropocène

par Anaïs Boulard

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations comparées

Sous la direction de Anne-Rachel Hermetet.

Soutenue le 27-06-2016

à Angers , dans le cadre de École doctorale Sociétés, Cultures, Echanges (SCE) (Angers) , en partenariat avec Centre d'études et de recherche sur imaginaire, écritures et cultures (UPRES EA 922), Laboratoire, Laboratoire (laboratoire) et de Centre d'études et de recherches sur imaginaire, écritures et cultures (Angers) (laboratoire) .

Le président du jury était Anne-Gaëlle Weber.

Le jury était composé de Stéphanie Posthumus, Gelareh Yvard-Djahansouz.

Les rapporteurs étaient Jean-Paul Engélibert.


  • Résumé

    Certains géologues s’accordent à dire que l’Holocène, l’ère géologique d’environ dix mille ans dans laquelle nous nous situons, a laissé sa place à l’Anthropocène, nouvelle couche géologique caractérisée par l’empreinte irréversible de l’activité humaine sur le monde. Cette hypothèse scientifique est corroborée par la crise environnementale qui frappe le monde contemporain et qui met désormais en doute les possibilités de survie de la planète et donc de l’humanité. Depuis quelques décennies, la culture nord-occidentale s’empare de cette réalité anxiogène en la représentant à travers des scénarios fictifs. Ces représentations, diverses et nombreuses, constituent un véritable imaginaire social de la crise environnementale. Cette étude se concentre sur cette représentation plus particulièrement en littérature. Il s’agit d’interroger, à travers l’analyse comparative de huit romans nord-occidentaux (de France, du Canada et des États-Unis), désignés comme des « fictions de l’Anthropocène », comment les œuvres fictives contemporaines participent de l’imaginaire social de la crise environnementale. Ces œuvres reprennent des motifs communs, comme la pollution ou le réchauffement climatique, mais proposent aussi d’explorer des ailleurs fictifs permettant d’imaginer des futurs possibles pour un monde en danger. Elles montrent ainsi en quoi la crise environnementale est fondamentalement liée à notre façon d’habiter le monde. C’est donc une crise de l’humain qui est dévoilée par ces fictions, lesquelles révèlent, à travers une écriture travaillée et un imaginaire puissant, l’intérêt d’une approche spécifiquement littéraire des récits sur notre survie à l’heure de l’Anthropocène.

  • Titre traduit

    A World to Dwell In : imaginary of the Environmental Crisis in the Fictions of the Anthropocene


  • Résumé

    Some geologists argue that the Holocene, our current geological epoch, has now been replaced by the Anthropocene, a new geological time characterized by the irreversible impact of human activity on Earth. This scientific hypothesis is substantiated in large part by the environmental crisis striking the contemporary world. The many ways our environment is declining force us to question the current chances for the planet, and thus humanity, to survive. In the last decades, many works within northern occidental culture have been reflecting this troubling reality through fictitious scenarios. This network of numerous and diverse representations participate in building a social “imaginary” (the French concept of “imaginaire”) of the environmental crisis.This study focuses on such representation in literature by comparing eight novels from France, Canada and the United States, deeming them as « fictions of the Anthropocene ». It investigates what, in fact, contemporary fictions contribute to the social imaginary of the environmental crisis. The works this study concentrates on use common themes such as pollution or global warming, but also elaborate fictitious scenarios which imagine possible futures for an endangered world. Such works depict how the environmental crisis is related to the way we, as humans, dwell in the world. Within this context, it becomes convincingly apparent that the current environmental crisis is profoundly affecting humans individually and collectively. The elaborate writing and the corresponding imaginary of these works confirm the relevance of literary narratives when considering the question of human survival in the Anthropocene.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Section Lettres - Sciences.
  • Bibliothèque : Université d'Angers. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.