Organisation et développement du territoire aux abords d’une cité : Amiens et ses faubourgs (1059-1520)

par Mathieu Béghin

Thèse de doctorat en Civilisation et histoire médiévale

Sous la direction de Philippe Racinet et de Pascal Montaubin.

Le président du jury était Elodie Lecuppre-Desjardin.

Le jury était composé de Philippe Racinet, Pascal Montaubin, Paul Delsalle, Alain Salamagne, Marc Bouiron.

Les rapporteurs étaient Paul Delsalle, Alain Salamagne.


  • Résumé

    À partir du cas d'Amiens, richement documenté par les archives et les données archéologiques, cette thèse fournit des clés pour comprendre l'occupation humaine et l'urbanisme aux abords d'une cité d'origine romaine, depuis le milieu du XIe siècle, lorsque le réveil urbain devient manifeste, jusqu'au début du XVIe siècle, quand de nouveaux faubourgs germaient tandis que les anciens étaient désormais inclus dans une enceinte fortifiée récente. Durant cette période, Amiens constituait un centre de pouvoir économique, politique et religieux important du Nord de la France et sa position géographique en faisait une des portes septentrionales du domaine royal, avec une importance stratégique croissante durant les guerres des XIVe-XVIe siècles. La thèse s'intéresse moins au noyau urbain intra muros original qu'aux faubourgs qui l'entouraient rives droite et gauche de la Somme, à la subordination de ces derniers, mais aussi à leur interdépendance, tant dans l'économie, les questions de défense, la gestion municipale, la salubrité publique, les évolutions démographiques et la sociabilité à l'échelle de toute l'agglomération. Nécessaire à la ville, les faubourgs fonctionnaient comme des réserves humaine, alimentaire et matérielle et comme des espaces de transition entre zones urbaine et rurale. Ils ne doivent pour autant pas être considérés comme de simples compléments à la ville, mais bien comme des entités à part entière qui accueillaient des équipements urbains et devenaient progressivement des lieux de la sociabilité citadine

  • Titre traduit

    Organisation and development of the territory on the outskirts of a city : Amiens and its suburbs (1059-1520)


  • Résumé

    This dissertation, built on the well-documented example of Amiens, known both through archives and archaeological data, intends to give some keys to understand human presence and town planning on the outskirts of this Roman city, from the first signs of the urban awakening in the middle of the 11th century to the early 16th century shift, when new suburbs grew while old ones became part of a recent and fortified city wall. During this period, Amiens was seen as a major economical, political and religious power in the North of France : its geographical position allowed Amiens to become a strategic northern access to the realm, a location which became all the more important during the 14th-16th centuries wars. This work focuses less on the original inner Amiens, intra muros urban heart, than on its suburbs on the right and left banks of the Somme, and on their subordination or mutual dependence with regard to economics, defense strategies, local administration, public health, demographic changes and general sociability. Suburbs were necessary to the town's organization, as they provided material, food and human supplies. They also represented a transitioning space between rural and urban zones. However, they should not only be seen as an additional part to the city, but as a structure in its own right, able to welcome urban arrangements and to progressively become a major place for the sociability of the city

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Picardie Jules Verne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.