Le Nord-Pas-de-Calais et l'armée de 1871 à 1914 : le poids des infrastructures militaires au regard de l'économie, de la société et de la politique septentrionales

par Philippe Diest

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Xavier Boniface.

Le jury était composé de Xavier Boniface, François Cochet, Jean-Marc Guislin, Philippe Nivet.

Les rapporteurs étaient François Cochet, Jean-Marc Guislin.


  • Résumé

    En 1871, la France subit l'une des plus grandes défaites de son histoire. La protection du pays et la formation du contingent imposent de profondes réformes qui se matérialisent par l'édification et l'établissement de nombreuses infrastructures militaires, fortifications, casernes, hôpitaux ou terrains. Or, les départements frontaliers du Nord et du Pas-de-Calais, qui constituent désormais le territoire du 1er corps d'armée, sont originaux à plusieurs titres. Leur abondant patrimoine guerrier n'est guère modernisé et les emprises de l'armée restent les mêmes qu'au début du siècle. Cependant, l'essor économique, démographique et urbain de la région explique l'existence de concurrences entre l'armée et les habitants. Ces derniers ont le sentiment de vivre sous la menace et de supporter de nombreuses contraintes, sans pour autant nier les profits qu'ils tirent de ces infrastructures militaires. L'urbanisme, la vie politique, la santé publique ou les loisirs sont des sujets récurrents de débats, dans lesquels se mélangent le vécu et l'imaginaire. En fonction de son sexe, de sa localisation, de sa classe sociale ou de son âge, chaque habitant entretient une relation particulière avec l'immeuble militaire. Espérant un allégement du poids de l’armée, les élus, de mieux en mieux organisés, critiquent et influencent la perception de ces établissements. Ces pressions aboutissent à leur remise en cause et à un déclassement progressif de cette frontière. Le développement du Nord-Pas-de-Calais prime donc sur sa défense, ce qui explique en partie son invasion en 1914

  • Titre traduit

    Nord-Pas-de-Calais and the army from 1871 to 1914 : the weight of military infrastructures in terms of Northern economy, society and politics


  • Résumé

    In 1871, France sustains one of the worst defeats in its History. The protection of the country and the formation of recruits demand serious reforms which translate into the construction and settlement or numerous military infrastructures, fortifications, barracks, hospitals and military sites. And yet border departments of Nord and Pas-de-Calais, which hereafter form the district of the 1st Army Corps, stand out in many respects. Their substantial military heritage has undergone little upgrade, and military land hasn’t expanded since the beginning of the century. However, economic, demographic and urban expansion explains why there is competition between the army and the population. The latter feel like they live under threat and have to bear multiple constraints; nevertheless they also acknowledge the profits they make from military settlements. Urban planning, political life, public health and entertainment are frequent subjects of debate, in which both the real and the imaginary are mingled. Depending on their gender, geographical location, social class, and age, each inhabitant maintains a particular relationship with the military facility. The elected representatives, who are increasingly organized, criticize and influence the public perception of these facilities, in the hope to alleviate the burden imposed by the army. These pressures result in the military infrastructures being called into question, and the border being progressively decommissioned. The development of Nord-Pas-de-Calais thus takes precedence over its defence, which partly explains its invasion in 1914


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de PicardieJules Verne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.