Le rôle de l’enseignement du français dans la constitution et le maintien des élites au Liban

par Marie El Khoury

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Brigitte Frelat-Kahn.

Soutenue le 03-05-2016

à Amiens , dans le cadre de École doctorale en Sciences humaines et sociales (Amiens) , en partenariat avec Centre amiénois de recherche en éducation et formation (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Pays membre de l'Organisation Internationale de la francophonie (OIF), le Liban est la tête de pont de l'usage de la langue française au Moyen-Orient. Cette place particulière prise par le français au Liban s'explique par l'existence d'une élite sociale et politique chrétienne autochtone authentiquement francophone qui a tissé avec la France, au cours de plusieurs siècles, des relations privilégiées. Ainsi, le français, vecteur de la civilisation occidentale au Pays des cèdres, lié à la tradition et à l'histoire libanaise, entre à part entière dans la complexité du tissu social et politique et de la mosaïque confessionnelle libanais. Attachée d'abord à la communauté chrétienne, la langue française est une composante essentielle de l'identité pluriculturelle du Liban. Cette étude entend montrer en quoi le rapport à langue française est dans ce pays porteur de la tension interne entre Orient et Occident qui fait la spécificité de l'identité libanaise. Elle montre comment au Liban, et au Liban-Nord qui constitue le terrain d'enquête, le français peut être un marqueur de la constitution et du maintien des élites sociales et culturelles tout particulièrement dans la communauté chrétienne maronite. Elle questionne la situation de cette langue dans le contexte actuel du Liban où les chrétiens connaissent une baisse démographique et une réduction de leur représentativité et de leur influence politiques, où l'anglophonie domine la scène linguistique mondiale et où l'importance de l'islam radical et extrémiste qui défend la langue arabe, s'intensifie au Moyen-Orient

  • Titre traduit

    Role of teaching French language in the constitution and maintenance of the Elites in Lebanon


  • Résumé

    As being a member country of the Francophone International Organization, Lebanon comes first in using French Language in Middle East. This particular position that France has in Lebanon is interpreted by the existence of the Christian political and social elite authentically native as Francophone. This elite has forged during many centuries privilege relations with France. Thus, French Language, the vector of the occidental civilization in the country of cedars, linked to the Lebanese history and traditions, is involved in the complexity of the Lebanese political and social fabric and the confessional mosaic. Attached at first to the Christian community, French Language is an essential compound of the multicultural identity of Lebanon. This study aims to display the relationship with the French Language in this country known by its internal tension between orient and Occident that makes the feature of the Lebanese Identity. It shows how French Language may be a marker of constitution and maintenance of the social and cultural Elites specifically at the Christian Maronite community in Lebanon and more specifically in North Lebanon the field of this study. It questions the situation of this language in the current context of Lebanon, where the Christians face a demographic decrease and a reduction of their representativeness and political influence, where the Anglophone dominates the world linguistic scene and where the majority of the extremist and radical Islam movements defending the Arab Language are intensified in Middle East

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?