L'ekphrasis dans "À la recherche du temps perdu" : "écrire, lire et voir la peinture"

par Jediel Gonçalves

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Michel Bertrand.

Le jury était composé de Romain Vaissermann, Marie-Claude Hubert.

Les rapporteurs étaient Luc Fraisse, Thanh-Vân Ton-That.


  • Résumé

    En intégrant la peinture dans son écriture, Proust propose un équivalent visible de l’écriture. La peinture fait sortir du livre l’image visible et la met à la portée du lecteur. Grâce à la peinture, l’écriture sort du cadre des mots pour avoir une existence visuelle. Au lieu de dire ce qu’il « voit », Proust fait voir ce qu’il dit. L’art pictural constitue ici le point de départ à un mouvement de libération de l’imagination. L’écriture trouve dans la peinture l’énergie pour de nouvelles conquêtes sur l’inédit, de même que la peinture accède à une mobilité vivante à travers l’écrit. C’est précisément dans l’animation réciproque des deux arts que se joue la relation entre littérature et peinture chez Proust : lorsque le texte-tableau cesse d’être vu, l’écrit le remet en mouvement pour restituer sa complexité. Les réflexions évoquées dans l’expérience de cette recherche auront le but de montrer comment la littérature et la peinture (se) fondent (dans) la création verbale et comment elles aboutissent à la naissance d’une image mentale qui prend la forme d’une peinture. Dans cette étude, nous cherchons à approfondir diverses formes de mise en scène de l’image littéraire, ainsi qu’à montrer le processus dialectique de différents effets, l’effet figuratif et l’effet qui « fait tableau ».

  • Titre traduit

    The ekphrasis in 'In search of lost time' : "writing, reading and viewing painting"


  • Résumé

    By integrating painting in his writing, Proust offers a visible equivalent of writing. The paintings bring out of the book some visible images and put them within the eyes of the reader. Through painting, writing goes beyond the ‘scope’ of words and absorbs a visual existence. Instead of saying what he “sees”, Proust prefers showing what he says.The pictorial art is here the starting point to the imagination liberation movement. Writing learns from the paintings the energy to conquer a new form, and painting can access to a vivid mobility through writing. It is precisely in these reciprocal animations between arts that Proust intends to stablish the relationship literature-painting: when the text-picture ceases to be seen, writing re-introduces it into the movement and restores its complexity.The considerations discussed during this research aim to investigate how the relationship between literature and painting is based on a verbal creation and how these arts deliver a mental image that takes the form of a painting. In this study, we seek to concentrate on various aspects of ‘staging’ of the literary image, and to investigate dialectical process of different, figurative and painting-producing effects.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

L'ekphrasis dans "À la recherche du temps perdu" : "écrire, lire et voir la peinture"


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : L'ekphrasis dans "À la recherche du temps perdu" : "écrire, lire et voir la peinture"
  • Détails : 1 vol. (615 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 589-606. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.