Architecture, écologie et territoires : jeux de frontières : neuf tableaux

par Hélène David

Thèse de doctorat en Architecture

Sous la direction de Philippe Potié.

Soutenue en 2015

à Versailles-St Quentin en Yvelines , en partenariat avec Ecole d'architecture de Versailles (autre partenaire) .


  • Résumé

    L'expression "architecture écologique" est une enigme. Au-delà de l'impact médiatique, l'association des deux termes cache des problématiques complexes, ambigües, souvent paradoxales. Que faire, donc, de la relation entre architecture et écologie ? Pour y répondre, la thèse engage un travail critique et une mise en perspective historique, via une étude en neuf tableaux. Elle propose de problématiser le rapport architecture-écologie en partant de la réflexion initiée par Felix Guattari sous le nom d'écosophie (qui articule les trois écologies de l'environnement, du social et de la subjectivité). Sans cela, on ne perçoit que la dimension techno-scientifique de la question. Or, ce qui serait en jeu c'est l'habitation (enfin humaine) de la terre. La thèse poursuit l'idée que le travail d'un architecte ne pourrait relever de l'écologie que s'il repense la question des territoires (matériels et immatériels) et de leur articulation. Elle explore alors la manière dont les architectes (re)créent des "mondes" en définissant des partages entre des espaces, des temps et des savoirs. Pour ce faire, la notion de "frontières" est proposée comme clef de lecture de ces négociations.

  • Titre traduit

    Architecture, ecology and territories : the play of frontiers : nine frame


  • Résumé

    The expression "ecological architecture" is an enigma. Apart from its impact on the media, these two words also hide some complex, ambiguous and often paradoxical issues. So what to do then with the relation between architecture and ecology ? To respond, the thesis undertakes critical analysis and while offering a historical perspective through nine cases studies. It offers to question the relationship between architecture and ecology, starting from the reflection initiated by Felix Guattari and his term ecosophy, which links together all three spheres of ecology (the environment, the social and the human subjectivity). Without it, one perceives only the techno-scientific perspective of the issue. But what is at stake here is in fact the occupation (indeed human) of the earth. The thesis follows the idea that the work of an architect can considered ecological only if the architect rethinks the question of tangible and intangible territories and the relations that form in between. It thus explores the way architects (re)create "worlds" by defining divisions between different space, times and also knowledge. The notion of "frontières" is thus proposed as the central key to understanding in these negotiations

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (357 p.)
  • Annexes : Bibliogr. : p. 325-346

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque universitaire pluridisciplinaire de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 720.47 DAV

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • En acquisition
  • Cote : ACQ
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.