Penser l'incroyance pour penser notre temps : logiques du croire et du savoir dans une société qui a proclamé successivement "la mort de Dieu", "la fin des idéologies", et la "chute de la fonction paternelle", à partir de la subversion psychanalytique : ouvrir un champ, élaborer une clinique

par Frédérique Riedlin

Thèse de doctorat en Recherche en psychopathologie et psychanalyse

Sous la direction de Gérard Pommier.

Le président du jury était Christian Hoffmann.

Les rapporteurs étaient Michèle Benhaïm, Éric Bidaud.


  • Résumé

    Qu'en est-il de l'incroyance dans une société, une culture, qui a proclamé sur le plan philosophique 'la mort de Dieu', sur le plan politique 'la fin des idéologies', sur le plan psychopathologique et anthropologique, la 'chute de la fonction paternelle ? N'était-ce là que des discours de défense dans l'après coup d'une période marquée par les traumatismes du siècle dernier et l'indétermination de l'avenir ? Ou s'agit-il d'une véritable modification structurelle de notre rapport au symbolique ? Notre thèse est que l'approche psychanalytique, précisément freudienne et lacanienne, à la fois manifeste et latente dans leur théorie, des notions de croyance et d'incroyance, nous permet de subvertir un sens réducteur et galvaudé de l'athéisme, et de penser les fondements d'une incroyance actuelle, au-delà de sa seule détermination religieuse ou psychotique, entre défi, défaite, et défaut, à la fois comme symptôme de notre temps, mais aussi comme l'invention d'un savoir sur le réel, à partir de l'ouverture d'un champ d'élaboration que nous désignerons après l'expression de Lacan comme « au-delà de la logique divine ». Notre démarche consiste à dégager les fondements et poser les jalons de ce champ : en exhumant tout d'abord les ressorts de l'approche psychanalytique de la croyance et de l'incroyance puis en faisant travailler les points d'articulations et de démarcations entre incroyance scientifique et incroyance psychanalytique, à travers la référence lacanienne aux figures de Descartes, de Cantor, et de Joyce, pour dégager finalement les implications et les premières applications de ce champ, d'un point de vue psychopathologique, clinique, philosophique et social.

  • Titre traduit

    Think of disbelief to think our time : Logics of believing and knowing, in a society that has successively proclaimed the « death of god », the « end of ideologies », the « fall of father fonction », from the psychoanalytic subversion : Open a field, develop a clinical


  • Résumé

    What about disbelief in a society, in a culture that proclaimed 'the death of God' in its philosophy, 'the end of ideologies' in its political theory, 'the fall of father function' in its psychological and anthropological theories ? Was it simply the effect of a post-traumatic defense against the traumatisms of the last century and the precarity of the future? Or is it a real structural modification of our symbolic system? Our statement is that the psychoanalytic approach, precisely Freud and Lacan's approaches of belief and disbelief, both obvious and latent in their theories, led to the possibility of subverting a reductive and common sense of atheism, and thinking the founding principles of a contemporary disbelief, beyond its only religious or psychological dimension, between challenge, default and defeat, as a symptom of our times but also as the invention of a new approach of the real, based on the opening of a new research field, that we'll call after Lacan's expression « beyond the divine logic » Our approach from there, is to identify and lay the groundwork of this field, first by excavating the psychics fundamentals of belief and disbelief, then by working on the articulations and the demarcations between scientific and psychoanalytic disbelief through lacanian references to Descartes, Cantor, and Joyce, to finally develop the first psychological, clinical, philosophical, and social implications and applications of this field.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (393 p.)
  • Annexes : 256 réf. Notes de bas de page.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : TL (2015) 097
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.