Des inégalités de genre à la sélection sexuelle prénatale : la masculinité des naissances au Viêt Nam

par Valentine Becquet

Thèse de doctorat en Démographie

Sous la direction de Christophe Z. Guilmoto.


  • Résumé

    De l'Albanie à la Chine, différents pays dans le monde sont affectés par des déséquilibres du rapport de masculinité à la naissance. Le Viêt Nam est de ceux parmi lesquels le phénomène est le plus récent, mais la hausse mesurée depuis 2006 est extrêmement rapide : il s'établit aujourd'hui à 112 naissances de garçons pour 100 naissances de filles au niveau national, et excède 120 dans plusieurs provinces. Au Viêt Nam, cette hausse est exclusivement liée à la sélection sexuelle prénatale, qui résulte de la combinaison de trois facteurs (Guilmoto, 2009), que cette recherche se propose de comprendre. Les couples qui ont recours aux avortements sexo-sélectifs sont disposés à le faire (facteur de demande), parce qu'ils ont une préférence pour les garçons liée à différents arguments sociaux, culturels et économiques. Ils en ont également la possibilité (facteur d'offre), grâce à la légalité du recours à l'avortement provoqué et à l'accès aux échographies qui s'est généralisé au cours de la dernière décennie, dans la majorité des zones urbaines et rurales. Enfin, il y a un facteur de pression, exercée par le faible niveau de fécondité - allant de 1,7 à 2,6 enfants par femme selon les régions en 2009 -, qui accroît le risque de ne pas avoir de fils. S'il existe de fortes disparités régionales dans les statistiques de la masculinité des naissances, partiellement liées à des différences de fécondité et de prospérité, ce sont les variations dans l'intensité de la préférence pour les garçons qui expliquent en premier lieu cette diversité. Le Delta du Fleuve Rouge, dans le Nord, est marqué par un système de parenté patriarcal et patrilinéaire, dans lequel avoir un fils apparaît indispensable pour légitimer le statut des femmes au sein de leur famille et de la société. La situation au sud du Viêt Nam apparaît plus complexe : la mixité de la descendance est privilégiée, en raison notamment du brassage culturel des Khmer bilatéraux et des Cham matrilinéaires, avec les Kinh traditionnellement patrilinéaires, qui s'est développé à travers les siècles. En outre, le Doi Moi à la fin des années 80 et la libéralisation du marché économique ont entraîné un désengagement de l'État de nombreuses structures sociales collectives et engendré une résurgence des traditions rituelles et familiales, qui ont renforcé la dimension patriarcale de la société; c'est cependant moins marqué dans le Sud, en raison de la fracture qui s'est établie durant plusieurs décennies du XXe siècle entre les deux parties du pays. Ce travail de thèse associe une analyse statistique approfondie des données du recensement de 2009 et de l'enquête intercensitaire 2014, et une étude sociologique des différents rôles de genre au sein du couple et de la famille, notamment grâce à la conduite de trois enquêtes qualitatives au Nord et au Sud du Viêt Nam. Il décrit les variations régionales de la préférence de genre, et compare les effets distincts de plusieurs caractéristiques (notamment zone urbaine ou rurale, niveau d'éducation, statut socio-économique, origine ethnique, composition sexuelle de la descendance) sur les comportements de fécondité.

  • Titre traduit

    From gender inequality to prenatal sex selection : birth masculinity in Vietnam


  • Résumé

    From Albania to China, several countries in the world experience unbalanced Sex Ratio at Birth. In Vietnam, the phenomenon is very recent (2006), but rapidly increasing. Currently, the national sex ratio at birth is 112 boys for 100 girls, and exceeds 120 in several provinces. The rising proportion of male births is directly linked to prenatal sex selection, that is abortion of female fetuses. It results from the combination of three factors (Guilmoto, 2009): expanding access to ultrasonography and abortion in both urban and rural areas (supply factor), low fertility level increasing the risk of remaining « sonless » (squeeze factor) and preference for sons (demand factor). However, important regional disparities exist, partly associated with differences in fertility and prosperity levels. But discrepancies in son preference appear to be the main factor. Northern Vietnam presents a very strong preference for sons, linked to a patriarchal descent system, where the birth of a son legitimizes women's status within their family and the society. However, mixed offspring is privileged in the South, since cultural mixing of bilateral Khmer and matrilineal Cham people, with Kinh population traditionally patrilineal, developed through centuries. Moreover, the Doi Moi economic reforms in the 80's lead the State to withdraw from collective social structures and yielded a resurgence of ritual and familial traditions, which reinforced the patriarcal aspect of society; however the split of the country for several decades during the 20th century makes it less noticeable in the South. This thesis combines statistical analysis of the 2009 census data and the 2014 intercensal survey, and a sociological study of different gender roles within couples and families, based on three qualitatives surveys conducted in Northern and Southern Vietnam. It describes regional variations of gender preference, and compares the distinct effects of several characteristics (including rural/urban areas, level of education, socio-economic status, ethnicity, sex composition of offspring) on fertility behaviors.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.