La prise en charge des personnes vivant avec le VIH âgées de 60 ans et plus en Ile-de-France : représentations et perspectives

par Karine Savary Martin

Thèse de doctorat en Ethique médicale

Sous la direction de Marie-Caroline Meyohas.

Soutenue le 22-05-2015

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences juridiques, politiques, économiques et de gestion (Malakoff) , en partenariat avec Université Paris Descartes (établissement de préparation) .


  • Résumé

    Les personnes âgées infectées par le VIH ne sont plus des exceptions. Elles vieillissent avec cette maladie devenue chronique et, de surcroît, se découvrent de nouvelles pathologies liées à un phénomène de vieillissement prématuré. La question de leurs représentations pour les années à venir se pose en termes d’accompagnement et de lieux de vie. Par ailleurs, le regard des services et des institutions susceptibles de les accueillir ne sont pas nécessairement en phase avec ces représentations. L’expression de ces perspectives s’est concrétisée par une enquête qualitative auprès de patients âgés de 60 ans et plus, de la file active du COREVIH Ile-de-France Centre et par des entretiens avec des professionnels du secteur sanitaire et médico-social. Une cartographie des situations de vie et des logiques en place a permis d’identifier les profils pertinents pour répondre à la problématique posée. Dans ce contexte, les paroles recueillies montrent que celles-ci se projettent dans une situation de vie en perte d’autonomie, à l’exception étonnamment des plus âgées. Les personnes immigrées souhaitent plutôt une vie en institution pour personnes âgées, les HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes) optent pour un maintien à domicile ou des résidences services haut de gamme, les personnes hétérosexuelles sont plus partagées mais envisagent plus de rester à domicile. Néanmoins, la poursuite d’une vie dans l’âge, à domicile ou en institution, s’accompagne de craintes fortes. Les pratiques discriminatoires en lien avec la pathologie VIH ou l’orientation sexuelle, la divulgation du secret en institution et le refus d’admission lié au VIH sont très souvent exprimés. Ces craintes engendrent de véritables angoisses. Le regard des professionnels est encore réducteur, les tabous persistent, et le coût engendré par l’accueil d’une personne âgée vivant avec le VIH peut constituer un frein. La question d’adapter ou de créer de nouveaux établissements se pose alors pour les rendre plus justes et bienveillants à l’égard de ces personnes âgées.


  • Résumé

    Elderly HIV-positive people are no longer the exception. People are aging with this now chronic disease and moreover discover new diseases, aged-related premature. The question arises of their representations of the coming years in terms of accompaniment and living place. In addition, the view of the services and the institutions for elderly are not necessarily in phase with these representations. The expression of these prospects was concretized by a qualitative survey near 60 years old patients or older, of the active file of the COREVIH Ile-de-France Centre and by interviews with health-care and social-services professionals. A cartography of living situations and logics in place allowed to identify the relevant profiles to this study. In this context, replies show that they see themselves living in situations with loss of autonomy, except the oldest. The immigrant people rather wish a life in a nursing home, the MSM (men who have sex with men) choose home care or exlusive residence and heterosexuals people are shared but prefer to remain at home. Nevertheless, the continuing of a life in the age, at home or in institutions for elderly, comes along with strong fears. Discriminatory practices related to the disease or sexual orientation, disclosure of their HIV status in senior housing facility, rejection based on the review of the medical records, are frequently expressed. These fears generate true anguishes. The point of view of health-care and social-services professionals is still reducing, the taboos persist, and the cost represented by a elederly HIV-positive people can be a significant barrier. The issue is whether to adapt or create new facilities so that they are fairer and more compassionate for these seniors.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.