Faire couple avec l'expérience du handicap moteur

par Aurélien Berthou

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de François de Singly.

Soutenue le 29-06-2015

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris) , en partenariat avec Université Paris Descartes (établissement de préparation) .


  • Résumé

    Chaque personne est susceptible de vivre un accident entraînant un profond changement de son corps. Cette situation redoutée n'arrive pas toujours qu'aux autres. Parmi les personnes qui ne sortent pas indemnes de leur accident, certaines sont touchées par une déficience motrice irréversible, qui peut prendre la forme d'une paralysie ou d'une amputation d'un ou plusieurs membres de leur corps. Ces personnes font alors l'expérience du handicap moteur. Cette expérience déstabilisante ne peut être réduite à sa seule dimension corporelle. Elle implique, pour l'individu, de devoir composer avec une prise en charge institutionnelle (à l'hôpital, puis dans un centre ou une unité de rééducation et de réadaptation, pendant plusieurs mois, voire années), de reformuler son existence, ainsi que de reconstruire sa relation conjugale. Guère étudiée dans le champ de la sociologie du couple ou de la sociologie du handicap, la dimension conjugale de l'expérience du handicap moteur permet de saisir à la fois la dynamique de la relation conjugale et la capacité de cette relation à atténuer une épreuve durable et déstabilisante pour l'individu ayant une déficience motrice. À partir d'entretiens menés auprès de femmes et d'hommes confrontés à une déficience motrice (hémiplégie, paraplégie, tétraplégie, amputation) depuis quelques années, cette thèse se propose, d'une part, d'analyser les façons dont ces individus (re)construisent leur expérience du handicap moteur avec leur conjoint et, d'autre part, de saisir les conséquences de l'apparition de la déficience motrice sur leur relation conjugale.

  • Titre traduit

    Make couple with the experiment of the motor disability


  • Résumé

    Each person is likely to live an accident involving a deep change of her body. This dreaded situation does not always arrive only at the others. Among the people who do not leave unscathed of their accident, some are touched by an irreversible motor deficiency, which can take the form of a paralysis or an amputation of one or more members of their body. These people make the experiment of the motor disability. This destabilizing experiment cannot be reduced with its only body dimension. It implies, for the individual, to have to compose with an institutional period (at the hospital, then in a center or a unit of rehabilitation and readjustment, during several months, even years), to reformulate his existence, like rebuilding his marital relation. Hardly studied in the field of the sociology of the couple or the sociology of the disability, the marital dimension of the experiment of the motor disability makes it possible to seize at the same time the dynamics of the marital relation and the capacity of this relation to attenuate a durable and destabilizing test for the individual having a motor deficiency. Starting from interviews carried out near women and men confronted with a motor deficiency (hemiplegia, paraplegia, tetraplegia, amputation) for a few years, this thesis has proposed, on the one hand, to analyze the ways in which these individuals (re)build their experiment of the motor disability with their spouse and, on the other hand, of seizing the consequences of the appearance of motor deficiency on their marital relation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.