Littératures migrantes du nouveau monde : exils, écritures, énigmes chez Ying Chen, Dany Laferrière et Wajdi Mouawad

par Julia Farrah Foreste

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Jean Bessière.

Soutenue le 16-06-2015

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Littérature française et comparée (Paris) , en partenariat avec Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (établissement de préparation) et de Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Romuald Fonkoua.

Le jury était composé de Jean Bessière, Romuald Fonkoua, Mireille Calle-Gruber, Lise Gauvin.


  • Résumé

    En Amérique du Nord aux XX et XXIe siècles, les auteurs étudiés : Ying Chen (La mémoire de l’eau, L’ingratitude et Quatre milles marches : un rêve chinois), Dany Laferrière (Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, Pays sans chapeau et Je suis fatigué), et, Wajdi Mouawad (Incendies, Littoral et Je suis le méchant) avancent des oeuvres qui sont l’expression de voix, à la fois contrastantes, divergentes dans la littérature nationale québécoise. Prenant leur distance par rapport à des représentations stéréotypées de leur époque telles que la littérature d’exil et la littérature du voyage, les auteurs migrants campent des histoires à travers lesquelles s’offrent des images nouvelles de la ville nord-américaine, des lieux emblématiques, une rencontre à l’autre. L’auteur migrant se livre, d’ailleurs, à l’instar de sa trajectoire éclatée dans la ville, à un jeu avec le lecteur en endossant plusieurs rôles, plusieurs figures auctoriales. L’écriture migrante se révèle palimpseste : elle intègre différents modèles littéraires tout en les dépassant. Dans sa construction interne, dont le processus de création, on retrouve ce dérobement aux normes littéraires. Enfin, elle offre une vision du monde réconciliatrice et bienveillante en faisant cohabiter les vivants avec les morts.

  • Titre traduit

    Migrant literatures from the New World : exils, Writings and Enigmas in Ying Chen, Dany Laferriere and Wajdi Mouawad


  • Résumé

    In the America of the XXe century, works of Ying Chen, Dany Laferrière and Wajdi Mouawad express voices that are, at the same time, different, various and deviating for the ones of the quebecker’s national literature. Taking their distance toward stereotyped representations of their time, like the exilic literature or the travel literature, migrant authors set stories where brand new images of the northern towns emerge, as well as emblematic places and the meeting of the other occurs. The migrant author reveals, just like his exploded path, a game with the reader by taking over several roles, several auctorial figures. His writing is therefore, a palimpsest: it’s integrating various literary models while it goes beyond. In its intern construction, in its creation process, we may discover how it shielded literary norms. Finally, the migrant writer offers a view of the world that is both reconcile and indulgent by making live together the alives and the deads.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.