Tours et détours du genre : les avatars de l'écriture féminine africaine américaine autour de Harriet Jacobs, Harriet Wilson et Hannah Crafts

par Karima Zaaraoui

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Patrick Badonnel.

Le président du jury était Redouane Abouddahab.

Le jury était composé de Patrick Badonnel, Redouane Abouddahab, Françoise Clary, Claude Maisonnat, Taïna Tuhkunen.


  • Résumé

    L’étude comparative de Incidents in the Life of a Slave Girl (Harriet Jacobs), Our Nig ; Sketches from the Life of a Free Black (Harriet Wilson) et The Bondwoman’s Narrative (Hannah Crafts) s’attache à ouvrir de nouvelles perspectives sur la singularité du sujet féminin noir dans les anfractuosités de l’écriture autobiographique du récit d’esclave. Si ces femmes auteurs se constituent en témoins privilégiés de la condition féminine noire de l’Amérique « antebellum », elles n’engagent pas moins leur plume dans l’activisme. L’enjeu de cette thèse est de revenir sur les liens entre écriture et féminin en prenant comme point de départ l’œuvre elle-même, fût-elle autobiographie ou fiction. La saisie de soi et du monde et la quête identitaire sont des thèmes fondamentaux de la tradition romanesque africaine américaine où des voix marquantes se succèdent. L’affranchissement du genre autobiographique s’affirme comme instance de survie où la mise en perspective de la fiction permet de révéler la vérité du sujet. Ainsi, la question du genre constitue la trame de ce panorama où sont examinés la nature du discours du sujet noir, l’écriture du corps féminin, et le théâtre « ima-gyn-aire » d’un sujet en crise. En véritable héritière de Dickens et Byron, Hannah Crafts s’attache à créer des correspondances entre les genres, tandis que Harriet Wilson adresse une lettre ouverte à Emerson et Harriet Jacobs subvertit le roman sentimental. Ces trois femmes situent, contre toute attente, l’esthétique du récit d’esclave au carrefour de la littérature autobiographique, sentimentale, gothique et picaresque. Nous verrons, à travers ce travail, que ce n’est pas tant l’anatomie qui distingue le sujet mais plutôt la façon qu’a le sujet de se ranger d’un côté ou de l’autre du genre ; le sujet féminin peut désormais évoluer dans un nouvel espace le libérant de l’emprise du masculin. Cette thèse est également l’occasion d’une réflexion sur la dialectique de l’historicité et la littérarité où l’engagement politique de l’auteur du récit d’esclave, qui est appelé à s’imposer comme littérature, invite à porter un nouveau regard sur la production littéraire féminine avant-gardiste, et ainsi donner un nouvel élan à la littérature africaine américaine.

  • Titre traduit

    Genre and Gender Issues in Early Black Women's Writings. A Comparative Study of Harriet Jacobs, Harriet Wilson and Hannah Crafts


  • Résumé

    The comparative study of Incidents in the Life of a Slave Girl (Harriet Jacobs), Our Nig ; Sketches from the Life of a Free Black (Harriet Wilson), and The Bondwoman’s Narrative (Hannah Crafts) aims at opening up new perspectives on the specificity of the female subject, through the slave narrative’s autobiographical writing. If these women writers stand as privileged witnesses of the female condition in Antebellum America, they do not remain passive nonetheless. The aim of this dissertation is to approach the links between « writing » and « feminine », by taking into account the text itself, be it autobiographical or fictionalized. Significantly enough, self-consciousness, identity and the construction of a self through writing are definitely major components of the African American literary tradition in which outstanding voices are singled out. The slave narrative tends to drift away from autobiography in order to afford its survival and conforms to the conventions that proved successful, thus revealing the truth of the subject. In this perspective, gender is the key issue of this study which brings an exclusive insight on black women’s writing. Discursive difference, writing the female body, and a staged conflicted subject are the core themes of this work. As a follower of Dickens and Byron, Hannah Crafts creates a unique blend of genres, while Harriet Wilson’s modus operandi is to rewrite Emerson’s reflections on society, and Harriet Jacobs offers a subversion of the sentimental novel. By all means, these female slave narratives’ « tour de force » lies in the aesthetics and poetics of the genre located at the crossroads of autobiography, sentimental fiction, the gothic and the picaresque. The subject determines its own sexuation, which enables the female subject to break free from the male subject. This dissertation also offers the opportunity to raise the question of history and literature. The slave narrative falls within the frame of literature as the writer’s political stance is an invitation to reconsider avant-garde women’s literary production within the African American literary canon.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.