Comportements de choix et influence sur le bien-être : le cas des personnes âgées résidant en EHPAD

par Julie Faure

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Michèle Joulain.

Soutenue le 02-06-2015

à Tours , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'homme et de la société (Tours) , en partenariat avec SHS/12/EA 2114 PAV (équipe de recherche) .

Le président du jury était Roger Fontaine.

Le jury était composé de Claude Ferrand, François Osiurak.

Les rapporteurs étaient Bernard Cadet, Benoit Fromage.


  • Résumé

    Choisir fait partie de notre quotidien, et la possibilité effective de choix augmente notre sentiment de contrôle et notre motivation. Cependant, il existe des différences interindividuelles dans les comportements de choix, comme le montrent Schwartz et al. (2002) qui distinguent les maximiseurs (recherche de la meilleure option) des optimiseurs (recherche de l’option suffisamment bonne). Ces comportements conduisent à des conséquences plus ou moins positives, voire négatives lorsque le nombre d’options est grand et que l’individu est maximiseur (regret, moindre satisfaction). Qu’en est-il chez les personnes âgées en institution ? A partir d’outils validés, nous soulignons que le choix, au même titre que la motivation et l’auto-efficacité, contribue à l’adaptation à la résidence et au bien-être des personnes âgées. Cependant si ces dernières ont besoin d’avoir le sentiment de pouvoir choisir, elles préfèreraient des choix limités en termes d’options. L’adaptation à la résidence et le bien-être des personnes âgées nécessiterait ainsi une attention en ce qui concerne les modalités de choix proposés, prenant en compte dans le même temps les niveaux de motivation des personnes et leur sentiment d’auto-efficacité

  • Titre traduit

    Choice behaviour and influence on the well-being : the case of elderly people living in nursing home


  • Résumé

    Making choices is a part of our everyday life. The possibility of making choices increases our feeling of control and our motivation. However, interindividual differences in choice behavior exist, as shown by Schwartz et al. (2002) who distinguish maximizers (who seek the best option) from satisficers (who seek the good enough option). These behaviours lead to more or less positive consequences, or even more negative when the variety of options is wide and when the person is maximizer (regret, less satisfaction). What about elderly people living in nursing homes? From validated tools, we stress that the choice, in the same way as the motivation and the self-efficacy, participate in the adaptation to the nursing home and in elderly people’s well-being. However if these people need to have the feeling to be able to choose, they would prefer choices limited in terms of options. The adaptation to the nursing home and the well-being of the elderly people would so require a specific attention concerning the modalities of the proposed choices, taking the people’s motivation levels and their feeling of self-efficacy into consideration at the same time

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université François Rabelais. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.