Contrapunctus : les pratiques polyphoniques improvisées du plain-chant dans les sources théoriques et musicales de la Renaissance

par Jérémie Couleau

Thèse de doctorat en Musique

Sous la direction de Philippe Canguilhem.

Le président du jury était Xavier Bisaro.

Le jury était composé de Philippe Canguilhem, Anne Piéjus, Jean-Yves Haymoz.

Les rapporteurs étaient Xavier Bisaro, Anne Piéjus.


  • Résumé

    Cette thèse s’inscrit dans une démarche de revalorisation des pratiques polyphoniques du plain-chant à la Renaissance, travail entrepris depuis quelques années par certains historiens de la musique. Dans une culture où l’arrivée de l’imprimerie bouleverse profondément les rapports de la société à l’écrit, l’improvisation sur le chant grégorien se distingue par son caractère éphémère et immatériel, générant l’admiration des musiciens et des théoriciens. Ces derniers font référence à cet usage et utilisent pour cela différentes dénominations comme « discantus », « cantus super librum », « contrapunto alla mente », « sortisatio » ou encore en français « chant sur le livre ». Ces appellations dénotent ainsi différentes manières de concevoir le contrepoint vocal. Les écrits de ces auteurs permettent de reconstituer une image sonore des polyphonies élaborées au moment de la performance. Les sources musicales de la Renaissance contiennent également un corpus important de pièces écrites d’après les techniques développées par les contrapuntistes. Ces manuscrits et imprimés conduisent à nous questionner sur la notation des pratiques polyphoniques improvisées, sur sa destination ainsi que sur les styles développés.

  • Titre traduit

    Contrapunctus : improvised polyphonic practices of plainsong in Renaissance music and theory


  • Résumé

    This dissertation is part of an approach that promote Renaissance polyphonic practices of plainsong, a work initiated for some years by few music historians. In a culture where the birth of printing deeply change the relationship to writing, the improvisation on Gregorian chant distinguish herself with her ephemeral and intangible nature, generating musicians and theorists’s admiration. The latter refer to this usage and use different name as "discantus", "cantus super librum", "contrapunto alla mente", "sortisatio" or in French "chant sur le livre". These denominations illustrate different ways of thinking vocal counterpoint. The author’s writings reveal a sound picture of these polyphonies created during the performance. Renaissance musical sources include as well an important musical corpus written with usages prized by counterpointists. These manuscripts and prints invite us to consider the notation of these improvised polyphonic practices, its destination and the musical styles used.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.