Du discours publicitaire au discours social des entreprises : comment l'enseigne E. Leclerc investit le débat social ?

par Benjamin Delalande

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Michel Ballabriga et de Patrick Mpondo-Dicka.

Le président du jury était Michael Rinn.

Le jury était composé de Michel Ballabriga, Patrick Mpondo-Dicka, Jacques Bres.

Les rapporteurs étaient Michael Rinn, Jacques Bres.


  • Résumé

    Le discours publicitaire d’aujourd’hui ne se limite plus seulement à une description technique des produits, mais participe aussi à la construction de systèmes de valeurs selon une logique de calage qui consiste à se mettre au diapason des courants sociaux et des aspirations des individus. L’apparition de comportements de consommation inédits oblige les marques à renouveler leurs stratégies de communication, quitte à faire évoluer le rôle social de la publicité. Au milieu des années quatre-vingt, la marque Benetton s’illustre en proposant une vision politique de la consommation soutenue par un discours publicitaire qui ne vante plus les qualités du produit ni ne fait appel à la dimension hédonique de la consommation. Au contraire, il se réfère à des événements d’actualité traités ordinairement par le discours médiatique et s’adresse à des citoyens-consommateurs. D’autres acteurs économiques s’inscrivent depuis dans cette tendance. À partir d’une analyse sémiotique des publicités de l’enseigne E. Leclerc, l’objectif de cette recherche est de mettre en évidence l’existence d’un discours publicitaire particulier qui n’est plus conventionnel à partir du moment où il convoque une dimension politique. Affichant une posture militante sur la question écologique ou celle du pouvoir d’achat, l’enseigne transgresse les codes du discours publicitaire pour revendiquer un engagement citoyen. Les résultats d’analyse montrent par ailleurs que l’installation d’un champ discursif relativement éloigné de la fonction commerciale de l’enseigne témoigne de l’évolution de la société postmoderne à laisser la gestion de l’intérêt général aux entreprises privées, au détriment de l’action publique.

  • Titre traduit

    From advertising discourse to companies social discourse : how the retailer E. Leclerc invests the social debate?


  • Résumé

    Advertising discourse today is no longer limited to only a technical description of products, but also participates in the construction of values. In that way it is attuned to social currents and aspirations of individuals. The emergence of new consumer behaviors requires brands to renew their communication strategies, even to change the social role of advertising. In the mid-eighties, the Benetton brand proposed a political vision of consumption supported by advertising discourse that no longer boasts the qualities of the product or does not use the hedonic dimension of consumption. Rather, it refers to current events usually treated by the media discourse, and is intended for citizens and consumers. Since then other economic actors follow this approach. From a semiotic analysis of advertisements of E. Leclerc, the objective of this research is to demonstrate the existence of a particular advertising discourse which is no longer conventional since it carries a political dimension. Featuring a militant stance on ecological matters or purchasing power, the brand transgresses the codes of advertising discourse to claim a civic engagement. The analysis results also show that the emergence of a field which is relatively distant from the commercial function of the brand reflects the evolution of postmodern society to leave the management of the general interest to private companies, to detriment of public action.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.