Espace public et pensée-paysage : faire place au public par le paysage

par Bruno Steiner

Thèse de doctorat en Urbanisme

Sous la direction de Florence Rudolf.

Le président du jury était Daniel Payot.

Le jury était composé de Daniel Payot, Martine Bouchier.

Les rapporteurs étaient Chris Younès, Denis Delbaere.


  • Résumé

    Cette thèse s’intéresse à la fabrique d’espaces publics urbains par le paysage en articulant deux questions : - A travers une approche épistémologique de la démarche de projet paysager, elle tente d’identifier les fondements conceptuels qui définissent une pensée-paysage de la ville, en soulignant certains paradigmes qui la singularisent : la marche, la carte, le jardin.- En repérant les risques et enjeux engagés par la « crise de visibilité » qui affecte aujourd’hui l’espace public sous la double forme d’un délitement des modes de coprésence et d’une spectacularisation des territoires urbains, elle s’interroge sur les nouvelles perspectives ouvertes par cette nouvelle culture de projet pour relier à nouveau espace public politique et espaces publics. A la croisée entre esthétique et politique, la fabrique d’espace public peut être l’art d’inventer de nouveaux processus de subjectivation. La thèse envisage les parcours et les récits, comme les matières premières d’aménagements spatiaux instaurateurs d’un public émancipé ; elle explore quelques tactiques d’écritures paysagères.

  • Titre traduit

    Public space and landscape-thinking : to give space to the public with landscape architecture


  • Résumé

    This thesis deals with the making of urban public areas through the landscape focusing on two issues:- Through an epistemic approach of the landscaping project process, it intends to identify the conceptual founding principles characterizing a landscape-way of thinking the city, highlightening some paradigms that single it out: walk, map, garden.- Spotting out the risks and stakes involved in the “visibility crisis” that affects the public area nowadays in the double form of the co-presence modes that break down and of the dramatization of urban territories, it questions the new prospects opened by this new project culture to connect again political area and public areas. At the cross-road between aesthetics and politics, the making of public space can be the art to invent new processes of subjectification. The thesis considers the journeys and the tales, as raw materials to layout the areas establishing an emancipated audience; it explores some tactics of landscape writings.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.