Caractérisation des cellules bordantes et du mucilage chez la pomme de terre (Solanum tuberosum) : rôle dans la défense racinaire ?

par Abdoul Salam Koroney

Thèse de doctorat en Biologie végétale

Les rapporteurs étaient Jean-Louis Hilbert, Catherine Rayon.


  • Résumé

    La pomme de terre (Solanum tuberosum) représente la principale denrée alimentaire non céréalière et a été déclarée comme « aliment du futur » en 2008 par la FAO. De nos jours, la production mondiale de la pomme de terre a atteint 374 million de tonnes (FAO). Cependant la pomme de terre est sensible à de nombreuses maladies racinaires comme la maladie de la jambe noire causée par Erwinia carotovora subsp. Atroseptica (Latour et al. , 2008). A ce jour, il n'existe aucun traitement chimique ou biologique efficace pour lutter contre ces pathogènes telluriques. Ainsi, une meilleure compréhension des mécanismes physiologiques, cellulaires et moléculaires impliqués dans les interactions racines/pathogènes s'avère nécessaire pour proposer de nouvelles stratégies de défense contre ces pathogènes. Cependant, la réponse immunitaire au niveau de la racine reste très peu étudiée. Or, il a été démontré que les cellules bordantes (BC) de racines et les exsudats racinaires jouent un rôle clé dans la défense racinaire. Les BC sont des cellules qui dérivent de la coiffe racinaire et qui sont libérées dans la rhizosphère à l'interface sol/microorganismes suggérant un rôle dans la défense racinaire. L'objectif de ces travaux de thèse est de caractériser le système racinaire de la pomme de terre en se focalisant sur les BC et les exsudats racinaires. Nous avons ainsi caractérisé pour la première fois les BC de pomme de terre. Ces dernières se présentent comme des BC classiques se détachant individuellement de la racine (Cannesan et al. , 2012). Nous avons également montré que les BC de pomme de terre sont capables de percevoir un éliciteur et de développer une réponse immunitaire spécifique. Par ailleurs, les BC de pomme de terre sont enrobées dans un important mucilage dont la composition polysaccharidique a été déterminée. Nous avons ainsi montré que ces exsudats sont riches en glycoprotéines de type arabinogalactanes protéines (AGP) et extensines. Suite à ces résultats, nous avons initié une analyse fonctionnelle des exsudats racinaires de pomme de terre sur le développement de la bactérie Pectobacterium atrosepticum, ainsi qu'une analyse bioinformatique de l'ensemble des HRGPs (Hyprodroxyprolines-rich glycoprotéines) de la pomme de terre. Ce dernier objectif a nécessité la mise en place d'un outil bioinformatique basé sur l'utilisation du logiciel R (R Development Core Team).


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (224 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 223 références

Où se trouve cette thèse\u00a0?