Beauté, classe sociale et empowerment ("empotentiation") : les jeunes femmes de classes populaires dans les élections de Miss en Normandie

par Camille Couvry

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michalis Lianos.

Le président du jury était Delphine Serre.

Le jury était composé de Jean-François Amadieu, José Luis Moreno Pestaña.

Les rapporteurs étaient Anne Monjaret, Olivier Schwartz.


  • Résumé

    À partir d’une enquête qualitative portant sur les élections de Miss en France, essentiellement à l’échelle locale, les résultats de ce doctorat mettent en évidence les possibilités d’empowerment (« empotentiation ») par l’utilisation de la beauté pour les jeunes femmes de classes populaires ou petite bourgeoises qui participent aux élections de Miss. Le cas des élections de Miss atteste d’une situation spécifique : alors que la beauté et les concours ont été dénoncés par les féministes (de la deuxième vague) comme outils opprimant des femmes, ils sont investis comme moyen d’émancipation par les participantes. Le processus d’élection conduit les participantes à prendre appui sur leur beauté et les codes d’une féminité petite bourgeoise pour s’affirmer, prendre confiance en elles et gagner en pouvoir. Ces dernières possèdent des caractéristiques sociales – de classe, de sexe, d’âge – qui confortent l’hypothèse selon laquelle la beauté et l’engagement dans une pratique d’embellissement leur offrent un moyen potentiel d’empotentiation, d’émancipation, voire de mobilité sociale, cependant limitée, dans un contexte où la beauté est effectivement une dimension de l’individu qui confère un avantage. Il s’agit donc de proposer une conceptualisation des dynamiques d’empotentiation sous l’angle de la classe, de la beauté et du genre en montrant que celles-ci se déploient d’une manière spécifique dans le contexte des élections de Miss


  • Résumé

    Based on qualitative fieldwork on beauty pageants in two French cities, our PhD work shows how both the process of the contests and beauty as such may in fact empower young French women coming from the lower classes. Whereas beauty pageants and the “beauty work” have been criticized by second wave feminists (in the 1970s) as a tool of oppression against the emancipation of women, there seems to be a possibility of empowerment for the participants in the pageant process. The analysis focuses on demonstrating how the pageant process encourages the participants to use beauty and the normative physical appearance of (lower-)middle-class femininity to assert themselves, to become self-confident and empowered. The class, sex and age characteristics of the participants reinforce the hypothesis that beauty and beautifi-cation effectively constitute available resources for empowerment and emancipation, even within a limited margin of upward social mobility in a society where beauty, as an individual attribute, offers some real social benefits. Our work suggests that the dynamics of empowerment should be conceptualised in close relation to social class, beauty and gender, and highlights the deployment of these dynamics in the context of beauty pageants

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (437 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 389-402

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Rouen. Service commun de la documentation. Section lettres.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : V25820
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.