Libéralisation du compte de capital, IDE et croissance économique dans la région MENA : une étude sur des données de Panel

par Mouna Gammoudi

Thèse de doctorat en Sciences Economiques

Sous la direction de Mondher Cherif.

Soutenue le 14-09-2015

à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (REGARDs) - Economie-Gestion, Agro-ressources, Développement durable, Santé (laboratoire) .

Le président du jury était Martino Nieddu.

Le jury était composé de Mondher Cherif.

Les rapporteurs étaient Sandrine Lardic, Christian Dreger.


  • Résumé

    Depuis le milieu des années 1980, les pays en développement ainsi que d'autres pays membres du Fonds monétaire international (FMI) se sont engagés dans le processus de libéralisation du compte de capital dans le cadre de leurs programmes d'ajustement structurels et de l'intégration économique. Particulièrement, la libre circulation internationale des capitaux était perçue comme étant une solution pour collecter plus d'épargne, accroître les Investissements Direct Étrangers (IDE) et stimuler par la suite la croissance économique à long terme. Cette initiative a entraîné une forte hausse des flux d'investissement internationaux pendant les deux dernières décennies, la région MENA a, cependant, reçu seulement 6.5% du total des flux mondiaux des IDE. Cela soulève deux questions importantes à savoir : comment la libéralisation du compte de capital stimule les IDE? Et comment les IDE favorisent-ils la croissance économique ? Dés lors, dans cette thèse, nous examinons les déterminants des IDE dans la région MENA et leur impact sur la croissance économique tout en tenant compte du rôle de la libéralisation du compte de capital et la qualité institutionnelle. À cette fin, nous utilisons un modèle en panel dynamique estimé par la Méthode des Moments Généralisés (GMM) en système pour un échantillon de 17 pays de la région MENA sur la période entre 1985 et 2009.Les résultats montrent que la stabilité politique couplé à une politique de libéralisation du compte de capital stimule les IDE dans la région MENA. En particulier, l'impact positif de la libéralisation de compte de capital sur les flux d'IDE dans la région MENA est conditionné par le renforcement de la qualité des institutions et la réduction des risques politiques. Cependant, bien que les facteurs institutionnels s'avèrent être importants dans le choix d'implantation des investisseurs étrangers, la corruption et la bureaucratie ont augmenté les flux d'IDE dans les pays les plus ouverts financièrement de la région MENA.En ce qui concerne le rôle des IDE ainsi que leurs déterminants dans la promotion de la croissance économique, les résultats révèlent que les IDE, la qualité des institutions et la libéralisation du compte de capital sont des facteurs stimulateurs de croissance dans la région MENA. Néanmoins, leurs influences sont différents selon qu'il s'agit des pays membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) ou non. Alors que, l'effet des IDE sur la croissance est positif dans les pays de GCC et négatif dans les pays non-membres de GCC, l'impact de la libéralisation du compte de capital et la qualité institutionnelle dans les pays non-membres de GCC sont positifs mais moins important que celui observé dans les pays de GCC. Les résultats révèlent également que, contrairement aux pays membres de GCC, la politique de libéralisation du compte de capital dans les pays non-membres de GCC ont réduit les avantages des IDE sur la croissance. Enfin, les résultats montent que les pays qui ont un cadre institutionnel sein bénéficient plus de l'effet de la libéralisation du compte de capital sur la croissance économique.

  • Titre traduit

    Capital account liberalization, FDI and economic growth in the MENA region : evidence from panel data


  • Résumé

    Ever since the mid-1980's, developing countries as well as other member countries of the International Monetary Fund (IMF) have engaged in the process of capital account liberalization as part of their structural adjustment programs and economic integration agenda. The motive behind the removal of restrictions on capital account transactions was to attract capital flows mainly, the Foreign Direct Investment (FDI), which is considered as an engine of economic growth. This initiative has led to a surge in international investment flows over the past two decades, the MENA region has, however, received only 6.5% of the global FDI inflows. This raises two important issues and policy challenge for the region, namely, how does capital account liberalization affect FDI inflows? And how does FDI promote economic growth? In this thesis, we examine the determinants of FDI in the MENA region and their impact on economic growth by focusing on the role of capital account liberalization and institutional quality. To this end, we conduct two empirical studies by using a GMM-System estimator developed for the dynamic model over the period between 1985 and 2009 for a sample of 17 MENA countries. Our findings reveal that while the level of capital account openness alone may discourage the inflows of FDI, if it is coupled with higher levels of institutional development or political stability, it can have a net positive impact on the volume of FDI inflows. MENA countries that are able to reap the benefits of the capital openness policy satisfy certain threshold conditions regarding the level of political stability and institutional quality. However, although institutional factors appear to be important in the location choice of FDI, corruption and bureaucracy have increased FDI inflows in the financially open countries in the region. Regarding the role of FDI and their determinants in boosting economic growth, we show that FDI, institutional quality and capital account liberalization constitute important growth stimulating factors in the MENA region. Nevertheless, their influences are different in GCC and Non-GCC countries. While, the effect of FDI on growth is positive in the GCC countries and negative in Non- GCC countries, the impact of capital account liberalization and institutional quality in the Non-GCC countries are positive but less than in the GCC countries. Results reveal also, that in contrast to the GCC countries, capital account liberalization policy in the Non-GCC countries have reduced the benefits of FDI on growth. This finding is explained by the fact that most of the Non-GCC countries have engaged in the process of financial reforms and have poor quality of institutions. Finally, we demonstrate that institutional conditions matter for capital account liberalization and growth relationship in the MENA region.Keywords: FDI, capital account liberalization, economic growth, institutions, MENA region, panel data.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne (Bibliothèque électronique). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.