Erkenntnistheorie im ausgehenden 18. Jahrhundert in Frankreich : eine Neubetrachtung des Pariser Wettbewerbs zur Frage nach dem Einfluss der Zeichen auf das Denken (1797/99)

par Kerstin Ohligschlaeger-Lim

Thèse de doctorat en Langues et littératures germaniques et scandinaves

Sous la direction de Jean-Jacques Briu et de Gerda Hassler.

Soutenue le 06-10-2015

à Paris 10 en cotutelle avec l'Universität Postdam (Allemagne) , dans le cadre de Ecole doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) .

Le président du jury était Peter Kosta.

Le jury était composé de Jean-Jacques Briu, Gerda Hassler, Peter Kosta, Cordula Neis, Jean-François Jeandillou, Dagmar Barth-Weingarten.

Les rapporteurs étaient Cordula Neis.

  • Titre traduit

    Théorie de la connaissance à la fin du 18eme siècle en France : une nouvelle interprétation du concours de Paris sur la question de l’influence des signes sur la pensée (1797/99)


  • Résumé

    Le travail suivant porte sur le concours lancé à Paris en 1797/99 par la Classe des sciences morales et politiques de l’Institut National, aujourd’hui l’Académie des Sciences Morales et Politiques, sur la question de l’influence des signes sur la pensée.Quelques années seulement après l’introduction d’une nouvelle terminologie dans le domaine de la chimie, la question se posait de savoir s’il était possible d’établir en philosophie une terminologie aussi précise que dans les Sciences Naturelles. Cette thématique embrasse ainsi des questions relevant des théories de la connaissance, des théories du signe et de l’épistémologie.Sur les 23 réponses anonymes au concours, seules les trois réponses suivantes ont été jusqu’ici publiées et de ce fait suffisamment connues et analysées, celles de Joseph Marie Degérando (1772--‐1842), Pierre-François Lancelin (1769--‐1809) et Pierre Prévost (1751--‐1839).Les autres réponses, qui se trouvent aux Archives de l’Institut de France, sont jusqu’à ce jour pour la plupart inconnues et non publiées.Pour la première fois, dans ce travail, elles sont mises au jour et analysées dans le cadre des théories du langage du 18ème siècle et du courant de la philosophie du langage des Idéologues .L’un des enjeux est en particulier de traiter les différentes réponses comme constituant une série et de les analyser toutes de la même manière, sans mettre l’accent sur la dissertation de Degérandos qui a reçu le prix. Cela permet ainsi de faire ressortir les structures des arguments sur l’indépendance de la pensée scientifique et des signes ou sur la réévaluation différente de la fonction cognitive des signes sur la construction des idées.

  • Titre traduit

    Epistemology at the close of the 18th century in France : a reconsideration of the Paris contest regarding the question of the impact of symbols on reasoning (1797/99)


  • Résumé

    This thesis examines the question of the Paris contest and the impact of symbols on reasoning in 1797/99, tendered by the Classe des sciences morales et politiques at the Institut National which is called Académie des Sciences Morales et Politiques today. The aim was to find out whether, a couple of years after a new terminology had been introduced in chemistry, a terminology which should be as precise as the one for natural science could also be established in philosophy.The epistemic and semiotic elements of the topic are considered, as are any further questions and issues that develop. Out of the 23 anonymous entries sent in for the contest only three have been analysed scientifically so far.These are the entries sent in by Joseph Marie Degérando (1772-‐1842), Pierre-­‐François Lancelin (1769-1809) and PierrePrévost(1751-1839), which have been published and are familiar to many people.The remaining entries, which can be found today in the Archives des Institut de France are mostly unknown and have not been published yet. In this thesis they will be assessed and put into the wider context of linguistic theory at the close of the 18th century and the linguistic philosophy of the so called Idéologues. A main focus will be on the fact that they need to be seen as a series of texts and to make sure that each entry gets the same attention with no special focus on Degérandos award‐winning work.In the process a couple of overarching structures of argument emerged, such as the independence of scientific thought from symbols or the different weighing of the cognitive function of symbols for the emergence of ideas.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.