L’expérience de l’enseignement de la Shoah en France par des professeurs de collège et de lycée : un analyseur de l’expertise professionnelle face à une question socialement vive

par Patricia Drahi

Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation

Sous la direction de Marie-Anne Hugon.


  • Résumé

    Depuis le début des années 2000, l’enseignement de la Shoah est perçu en France comme une question socialement vive susceptible de déréguler les pratiques de classe. Cette thèse en sciences de l’éducation étudie l’expérience de l’enseignement de la Shoah des profes-seurs du secondaire en France. En s’appuyant sur 30 entretiens semi-directifs, la recherche montre, de l’intérieur, comment les professeurs interrogés perçoivent cet enseignement, ses difficultés et s’intéresse aux réponses déployées par les interrogés. Les résultats montrent les difficultés provenant du côté des élèves : saturation présumée, antisémitisme, concur-rence des mémoires, mais aussi concurrence entre les savoirs sociaux et le savoir scolaire. Du côté des enseignants, apparaît également la vivacité de la question, divisant davantage qu’elle ne fédère les membres de l’équipe éducative. De plus, l’impact émotionnel sur l’enseignant que la confrontation entre savoir scolaire et savoir social véhiculé par les élèves peut engendrer, accentue les difficultés rencontrées. Les professeurs qui montrent une assu-rance dans cet enseignement révèlent au travers des récits de vie de classe, qu’ils investis-sent pleinement le pôle didactique et le pôle pédagogique de la fonction de professeur. Aller à la rencontre de ce savoir social avec bienveillance et exigence, faire dire mais ne pas lais-ser dire amènent ces professeurs à répondre dans le cadre d’un savoir historique, précis et rigoureux qui refuse la dérive relativiste ou normative (Legardez, 2006). L’énoncé de repères éthiques et citoyens, une vigilance quant à la gestion de l’émotion dans la classe y compris de celle de l’enseignant, participent aussi au cadre construit par les professeurs. Ainsi ces derniers alternent entre le pôle didactique le pôle pédagogique, ce qui leur permet de rentrer dans « le fonctionnement improvisationnel de l’enseignant expert » (Tochon, 1993). L’enseignement de la Shoah dans certaines situations sensibles est assimilé à un combat. Une typologie inspirée des travaux de Jacques Pain (1992) sur la régulation de la violence délinquante par les arts martiaux émerge : combattant stratège, combattant intrépide, com-battant émotif, ou témoin distancié sont les différentes figures enseignantes qui se dégagent de cette recherche.

  • Titre traduit

    The experience of teaching the Shoah in France by high school and secondary school teachers : an analyser of the professional expertise grappling with an acute societal point at issue


  • Résumé

    Since the beginning of the 2000’s, teaching Shoah has been perceived as a deep social is-sue in France which may well change the rules of classroom practices. This thesis studies the experience of teaching the Shoah from the point of view of secondary school teachers. Drawing from 30 semi-directive interviews, this research in education shows from the inside how the teachers questioned perceive this teaching and its difficulties. This thesis shows how teachers deal with this issue from an educational point of view and the answers they provide. The results underline difficulties stemming from “the pupils’ point of view”: presumed satura-tion, anti-Semitism, competition between memoirs, but also competition between social backgrounds and school knowledge. “From the teachers’ point of view” the intensity of the issue is also present, dividing more than federating the members of the educational team. Moreover, the emotional impact on the teacher concerning the confrontation between school knowledge and social background conveyed by pupils can create and increase the difficulties encountered. The teachers who show confidence in this teaching have disclosed through classroom stories that they fully invest the didactic pole and the educational pole of their po-sition. In doing so, they hail, welcome and accept the social background with the necessary benevolence and unstructured consciousness that this entails. Helping pupils express them-selves but not letting them talk without knowing helps the teacher answer questions in a precise and rigorous historical framework and is against relativistic or normative drifting as defined by Legardez (2006). The framework of ethical and citizen indicators as far as the management of emotions in the classroom is concerned (including the teacher's emotions) also part of the framework built by the teacher. Thus, these latter alternate between the di-dactic pole and educational pole and enable them to bring in and adopt the improvisational operation mode of the expert instructor as defined by Tochon (1993). In some sensitive situa-tions, the teaching of the Shoah is compared to a fight. A typology inspired by Jacques Pain's thoughts concerning the regulation of delinquent violence through martial arts has emerged: the strategist fighter, the dauntless fighter, the emotional fighter or the aloof witnesses are the various teaching figures that have emerged from this research.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 12-05-2017


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.