Les lits ornés d’ivoire de Cumes : art et mémoire dans les funérailles aristocratiques romaines (Ier s. av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.)

par Anselme Cormier

Thèse de doctorat en Histoire et Archéologie des mondes anciens

Sous la direction de Agnès Rouveret.

Le président du jury était Jean-Pierre Brun.

Le jury était composé de Agnès Rouveret, Jean-Pierre Brun, William Van Andringa, Stefano De Caro, Anne-Marie Guimier-Sorbets.

Les rapporteurs étaient William Van Andringa.


  • Résumé

    Les lits funéraires de l’époque romaine sont issus d’une tradition ancienne dont les origines, au-delà des Grecs, remontent aux périodes historiques les plus reculées, en Égypte et au Proche-Orient. Depuis le XIXe siècle, les fouilles ont livré de nombreux vestiges chronologiquement situés pour la plupart entre le IIe s. av. et le IIe s. ap. J.-C. ; ils font écho à ceux découverts en contextes domestiques, certes moins nombreux, mais dont l’étude autorise des comparaisons intéressantes et une meilleure compréhension du sujet. La grande variété des modèles répertoriés m’a donc conduit à l’élaboration d’une typologie détaillée, incluant les formes les plus anciennes jusqu’à celles de la période romaine. Les publications consultées ont fait évoluer de manière significative notre connaissance des lits ornés de bronze et ceux rehaussés de décorations en os sculpté. En revanche, les attestations de lits en ivoire demeurent extrêmement rares, que ce soit en Italie ou dans l’ensemble du monde romain. La découverte à Cumes des restes de trois exemplaires, dont les décorations étaient sculptées en ce matériau précieux, constitue par conséquent un témoignage essentiel et de premier ordre. Les fragments étaient mélangés aux ossements des défunts et contenus dans des urnes, elles-mêmes déposées au sein d’importants mausolées. La remarquable qualité de facture et la grande finesse d’exécution, bien visibles sur certaines pièces conservées malgré la destruction engendrée par la crémation, ainsi que les thèmes iconographiques mis en scène, attestent des intentions ostentatoires des propriétaires, soucieux de montrer aux vivants leur statut social, leur richesse et leur vertu. La mise en contexte de ces trois lits et leur étude approfondie, au regard des occurrences connues, a permis pour chacun d’entre eux d’aboutir à une proposition de restitution graphique, préambule indispensable à une analyse iconographique et iconologique. Les résultats obtenus, mis en regard des mausolées dans lesquels ils furent découverts, ont conduit à une compréhension plus précise de la place prépondérante qu’occupaient ces lits dans le cérémonial des funérailles.

  • Titre traduit

    Beds adorned with ivory from Cumae : art and memory in the Roman aristocratic funeral (1st century BC - 1st century AD)


  • Résumé

    The funerary beds of the Roman period come from an ancient tradition, whose origins, beyond the Greeks, can be traced to the earliest historical periods, in Egypt and in the Near East. Since the 19th century, excavations have produced many vestiges, most of them dating back to between the 2nd C. BC up to the 2nd C. AD ; they echo pieces found in domestic contexts which, though less numerous, allow interesting comparisons and a better understanding of the topic. The large variety of the identified models led me to develop a detailed typology of these forms, from the most ancient ones up to those of the Roman period. The consulted publications significantly changed our knowledge of the beds adorned with bronze as well as those adorned with bone carvings. By contrast, instances of ivory beds are extremely rare, whether it be in Italy or in the whole Roman world. Thus, the discovery at Cumae of the vestiges of three ivory beds, adorned with this precious material, serves as essential and unique testimony. The fragments were mixed with the bones of the deceased and placed in urns, themselves located in important mausoleums. Their remarkable quality and meticulous workmanship, clearly visible upon some pieces, which survived the destruction caused by the cremation, as well as the iconographic staged patterns, testify to the conspicuous intentions of their owners, anxious to show their social status, their wealth and their virtues to the living. The contextualization and close study of these three beds, along with a comparison with the known examples, led for each of them to an attempt at a graphic restoration, as a prerequisite for an iconographical and iconological analysis. The achieved results, correlated with the mausoleums where they were found, led to a much more precise understanding of those beds and of the prominent position they enjoyed at the funeral ceremony.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.